Cinéma : Qui est “l’assassin de ma maîtresse” ?

185 0

« L’assassin de ma maîtresse » est le titre d’un long métrage, fruit de la collaboration des jeunes cinéastes sortis de l’Institut Supérieur de l’Image et du Son Studio Ecole (ISIS/SE). L’avant-première du film a eu lieu ce vendredi 25 novembre 2016 au Ciné Burkina de Ouagadougou.

Réunis au sein d’une association dénommée Collectif pro, ces anciens étudiants de l’ISIS ont démontré leur dévouement à faire le cinéma en faisant ainsi voir le jour à leur première œuvre cinématographique, « L’assassin de ma maîtresse ».

Par cette collaboration, ils montrent la diversité technique et artistique du monde du cinéma dont regorge l’école. Ils sont entre autres scénaristes, réalisateurs, producteurs, opérateurs de prise d’image.

Pour eux, l’idée première qui a soutenu cette collaboration est de réunir toutes ces potentialités issues de l’école, de voir comment se mettre ensemble pour faire un film dans ce contexte de financement difficile.

« Au regard de nos différentes formations (…), nous nous sommes dits que nous sortons d’une école avec des potentialités diverses. Il se trouve que rien qu’à capitaliser ces potentialités nous en sommes déjà à un bon pourcentage de ce dont on a besoin comme budget pour le financement du projet de film. C’était une chance pour nous, et en tant que jeunes cinéastes, il n’est pas question pour nous de croiser les bras et de laisser notre rêve s’effondrer », a déclaré Emmanuel Ratoubam Mbaide, le co-réalisateur.

Le film est inscrit pour la sélection officielle au FESPACO 2017 et Mbaide dit être confiant quant à sa sélection.

« Nous attendons de voir s’il sera sélectionné mais évidemment on ne fait pas un bébé en lui prévoyant un avenir sombre. Nous partons confiants. C’est vrai que c’est un art, c’est aussi une question de sensibilité et aussi de moyens mis en amont pour que le film soit compétitif », dit-il.

Par ailleurs, il a espoir que le film séduira des cœurs qui parallèlement leur ouvriront la porte pour exercer leur métier.
Leur œuvre « L’assassin de ma maîtresse », un film dramatique et comique, relate les déboires de la société moderne avec des scènes de vie telles l’infidélité, l’alcoolisme, la prostitution et le gain facile de l’argent.

Des acteurs non moins connus des télespectateurs burkinabè ont incarné les différents rôles. Ce sont, entre autres, Francis Campbell dit Accee 1er, artiste rappeur et de coupé décalé, Hyacinthe Kabré, comédien de théâtre connu sur les écrans de télé à travers la série « garage du peuple », Augusta Palenfo, comédienne et actrice de cinéma, l’artiste chanteuse Sami Rama et bien d’autres.

L’histoire

Pour la petite histoire, Sam Deme, un homme marié, se retrouve dans une situation de surendettement. Son collaborateur menace de représailles et sa sœur veut sa part d’héritage du fait de sa mauvaise gestion. Malgré tous ses problèmes, Sam continue son infidélité.

Un soir, en l’absence de sa femme, Sam invite sa maîtresse, qui n’est autre que la meilleure amie de sa femme dans sa chambre conjugale. Mais à son réveil, il la retrouve mortellement poignardée à ses côtés.

Il entreprend de se débarrasser du corps avec son ami. Commence alors une longue ballade à travers la ville à la recherche d’un lieu pour dissimuler le corps. Dans ce long périple, Sam soupçonne tout son entourage, même sa femme enceinte et décide de rentrer chez lui afin de connaître la vérité. La suite, bientôt dans les salles.

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre