Renouvellement des instances de l’UA : La FEPAC/UA donne de la voix pour Bathily et Samaté

709 0

La Fédération panafricaine des associations et clubs de l’Union africaine (FEPAC/UA) soutient « pleinement » les candidatures du sénégalais Abdoulaye Bathily au poste de président de la Commission pour la succession à Dlamini-Zuma à la tête de l’organisation. Elle appuie également celle de Minata Samaté, ancienne ministre burkinabè chargée de la coopération régionale. 

Le blocage survenu lors du vote pour la course à la succession de Nkosazana Dlamini-Zuma à la dernière rencontre des dirigeants du continent joue en faveur du diplomate sénégalais Abdoulaye Bathily. En effet, aucune des trois candidatures équato-guinéenne (Agapito, Mba Mokuy), botswanaise (Pelonomi Venson-Moitoi) et ougandaise (Specioza Wandira-Kazibwe) n’a été de taille au point de faire l’unanimité à l’issue du dernier sommet à Kigali tenu du 10 au 18 juillet 2016.

 Sa candidature est soutenue par les chefs d’Etat de la région ouest-africaine. « Contrairement aux autres candidats, le Pr Bathily a un programme alléchant qui intègre les préoccupations socio-économiques réelles des Etats africains » soutient Flugence Abdou Tanga Kaboré, secrétaire général exécutif de la FEPAC/UA, lors d’un point de presse ce vendredi.

C’est en raison de cette particularité du candidat qui « entend donner un nouveau souffle au panafricanisme et à la renaissance africaine », poursuit-il, que la structure a décidé d’adhérer « pleinement au choix judicieux porté par les dirigeants de la CEDEAO sur le Pr Abdoulaye Bathily pour parachever les marches désormais forcées du continent vers son unité et sa cohésion ».

Les animateurs de la conférence de presse ont fait part de leur conviction selon laquelle Abdoulaye Bathily est l’unique postulant au poste à même d’« accélérer le processus d’intégration et construire dans les meilleurs délais le vieux rêve de Kwame Nkrumah et de l’immense majorité de la jeunesse africaine ».

Il n’y a pas que le poste de présidence de l’UA qui est convoité en Afrique de l’Ouest pour le renouvellement de la plus grande instance dirigeante du continent. Celui  du département des affaires politiques est visé par Minata Samaté, ancienne ministre burkinabè chargée de la coopération. Elle est actuellement en poste au ministère des affaires étrangères où elle occupe le siège de chargée de mission.

Les conférenciers requièrent en outre des chefs d’Etats de la CEDEAO d’apporter « leur soutien multiforme et surtout leur suffrage » aux deux candidatures, notamment à celle de Minata Samaté. Ils espèrent qu’une fois élue, elle pourra « contribuer à la défense des intérêts non seulement de la sous-région ouest africaine avec son élection, mais également du Burkina Faso ».

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *