Salifou Diallo : «Croyez-vous qu’on peut corrompre des députés burkinabè avec des tablettes ?»

226 6

En conférence de presse ce samedi 3 décembre 2016 en compagnie des partis politiques membres de la majorité présidentielle, Salifou Diallo, président intérimaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) dresse le bilan de l’An I du pouvoir de Roch Kaboré. Il s’est aussi prononcé sur l’affaire des tablettes.

[Article mis à jour le samedi 3 décembre 2016, 14h]

Pour ce premier anniversaire de l’An I de la gestion du pouvoir par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le président par intérim du parti au pouvoir Salifou Diallo était entouré de responsables de partis politiques alliés de la majorité présidentielle.

« Sans trop de bruit, il a su gérer la situation sécuritaire »

Concernant le bilan de la gestion du pouvoir,  d’ores et déjà, Salifou Diallo estime que les « acquis obtenus en moins d’un an d’exercice du nouveau pouvoir sont satisfaisants ». Il cite ainsi le renforcement du dispositif sécuritaire, le renforcement de l’indépendance de la justice, le parachèvement des processus électoraux (municipales du 22 mai). Sur un tout autre domaine Salifou Diallo cite également « la gratuité des soins ».

A en croire la majorité présidentielle, « le président Roch Kaboré a accompli des prouesses ». La première des choses, explique le président par intérim du MPP, Roch Kaboré a maintenu les fondements républicains de ce pays. « Sans trop de bruit, il a su gérer la situation sécuritaire ».

Le second acquis qui est important, selon Salifou Diallo, ce sont les libertés démocratiques « qui ont permis à nos détracteurs de s’épuiser dans des calomnies », dit-il. Pour le troisième acquis, Roch Kaboré a maintenu son programme politique intact.


Vidéo : Le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo à propos du don de tablettes

Burkina 24


Salifou Diallo explique que ces « résultats » ont été obtenus dans un contexte économique et social « éprouvant et découlant d’un héritage chaotique ». De cet héritage, il se prononce : « Nous avons hérité d’un trésor public troué de toute part. La Transition est venue et nous a laissé des ardoises. Exemple, la loi 081 ».

La question de la justice n’a pas été occultée lors de cette conférence de presse. Sur les libertés provisoires accordées dans le cadre de certains dossiers judiciaires, Salifou Diallo affirme : « Nous-mêmes, nous sommes surpris par certaines libérations ». Mais, poursuit-il, « la justice est indépendante »,  dit-il.


Vidéo – Le bilan de Roch Kaboré selon Salifou Diallo

Burkina 24


Depuis quelques mois, l’Assemblée nationale dirigée par Salifou Diallo est au cœur d’une affaire liée à un don de 130 tablettes par le ministère de l’économie numérique. Une affaire qui a eu l’attention de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC). Sur cette affaire, le président de l’Assemblée nationale a aussi réagi.

« Est-ce qu’il est interdit au Gouvernement de remettre des cadeaux aux députés ? »

« Nous avons reçu des tablettes du ministère de l’économie numérique, mais pas d’une société chinoise », a-t-il affirmé. Et de poursuivre, « on a même pas lu quelle marque était écrite sur les cartons. Nous, on s’en fout d’où ça vient ! Point barre. Croyez-vous qu’on peut corrompre des députés burkinabè avec des tablettes ? Est-ce qu’il est interdit au Gouvernement de remettre des cadeaux aux députés ? », a interrogé Salifou Diallo.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre