« Le régime déchu est parti avec les enveloppes qu’on distribuait à certains syndicats pour les faire taire » (Ludovic Bationo)

769 0

Les Secteurs structurés du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) ont tenu leur convention nationale le samedi 3 décembre 2016 à Ouagadougou. Cette convention, qui coïncidait avec la commémoration de l’An I de la gestion du pouvoir par Roch Kaboré, a donné l’occasion aux secteurs structurés du parti de faire le bilan de la gestion du Président du Faso.

Depuis le vendredi 2 décembre 2016, les acteurs de la convention des secteurs structurés du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) sont à pied d’œuvre pour faire part de leurs préoccupations à leur « camarade », le Président Roch Kaboré. Ils espèrent avoir une oreille attentive de la part du Gouvernement.

A l’occasion de l’An I de la gestion du pouvoir par Roch Kaboré, les acteurs des secteurs structurés n’ont pas tari d’éloges à l’endroit du parti au pouvoir. C’est ainsi que le recrutement des 4 200 étudiants pour l’enseignement, la gratuité des soins pour les plus vulnérables, la majorité du parti à l’Assemblée nationale, la création de forages ont été minutieusement rappelés aux militants du MPP, acteurs des secteurs structurés.

Selon le coordonnateur des secteurs structurés, Ludovic Bationo, « c’est courageux » de la part du Gouvernement d’avoir « investi des milliards dans le social », parce qu’avant dit-il, « ce n’était pas le cas ».

« Le Burkina Faso est devenu un pays invivable, c’est vrai… »

« Les secteurs structurés ont pleinement joué leur rôle durant toute cette année. Malheureusement comme d’habitude, nos détracteurs, ceux qui hier, nous avaient pris pour des diables, aujourd’hui, enfoncent le clou et pensent que le Burkina Faso est devenu un pays invivable.

Le Burkina Faso est devenu un pays invivable, c’est vrai, parce que ceux qui avaient des avantages du pouvoir déchu, ne peuvent que ne pas se reconnaître dans une situation où ils n’ont plus les avantages.

Quand je vois des opposants, qui bénéficiaient d’enveloppes nuitamment et qui insultaient Blaise Compaoré le jour, que ces derniers crient qu’au Burkina, ça ne va pas, et que la réponse promise au peuple est devenue le problème, ces personnes ne sont pas honnêtes. Parce qu’étant opposant, on doit avoir le courage de dire la vérité et dépeindre la réalité des faits ».

Ludovic Bationo, le 3 décembre 2016

A propos de la fonde sociale « devenue très virulente » selon Ludovic Bationno, tout en saluant « les camarades qui ont assuré le service minimum » lors du débrayage des agents de santé, il note qu’ « au-delà des revendications, il y a la vie humaine qui est sacrée ».

De cette « virulence », le coordonnateur des secteurs structurés du MPP explique que « tout le monde peut comprendre ». Comme malheureusement, dit-il, « le régime déchu est parti avec les enveloppes qu’on distribuait à certains syndicats pour les faire taire, certains sont sortis de leur léthargie et de leur sommeil. Aujourd’hui, n’importe qui pense qu’il faut revendiquer ».

Sur le programme de gouvernement de son parti politique le MPP, même si « le MPP a promis de d’opérer des changements », selon Ludovic Bationo, il « faut reconnaître que la gouvernance actuelle a fait des efforts en matière de réduction du train de vie de l’Etat ».

Le coordonnateur des secteurs structurés du MPP a également exhorté les militants des secteurs structurés à plus de travail pour un succès du Plan national de développement économique et social (PNDES).

Ignace Ismaël NABOLE

Irmine KINDA (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Ludovic, cesse de jouer a l’ aveugle. Si tu vois que les mecontents sont si nombreux, c’est que vous etes incompetents. Coninue a nier la realite des faits. Tu ne retrouveras meme pas la route de Zoula quand le euple va se mettre debout. Blaise se croyiait plus fort mais quand on s’ est mis debout comme un seul homme, il n’a meme pas atteint midi.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *