Le cinéma burkinabè à ciel ouvert à Saaba

273 0

Le top départ de la 3e édition du festival « écran à ciel ouvert » (FECO) a été donné ce mardi 6 décembre 2016 dans la commune de Saaba. Du 6 au 11 décembre 2016, 6 communes de la province du Kadiogo accueilleront des projections de films dans de grands espaces.

Le festival de film « écran à ciel ouvert » a débuté ses projections avec le film long métrage « Le neveu de l’homme fort » à l’espace vide de l’ex-mairie de la commune de Saaba. Une dizaine de films long métrage sont ainsi au programme et seront projetés dans 5 autres communes de la province du Kadiogo, notamment  Pabré, Komsilga, Tanguin-Dassouri, Komki-Ipala, Koubri.

Le festival initié par la radio Savane FM et un groupe des réalisateurs a pour but, selon le directeur général et le président du comité d’organisation, Abissi Charlemagne, de promouvoir le cinéma numérique et d’accroître le marché du cinéma en apportant les films au public des villes moyennes et des communes rurales qui n’ont pas accès aux salles de cinéma en ville. Il se positionne comme un canal pour encourager les réalisateurs du cinéma numérique.

Les films donnés à voir, aux dires du promoteur, sont ceux qui ont eu du succès dans les salles en ville mais qui n’ont pas encore été diffusés sur les chaînes de télévision. Ce sont, entre autres, « Papa, mon rival », « Ma mère ou ma femme », « Le foulard noir », « Cellule 512 », « Adieu belle-mère », « Somzita, l’ingrat », « Mes 2 maris, la polyandre », « Belle-sœur à tout prix » et  “le neveu de l’homme fort ».

« Ce n’est pas une compétition. C’est juste montrer au public les films qui ont eu du succès en salle que nous projetons pour ces populations qui n’ont pas eu l’opportunité de les voir en salle », explique Charlemagne Abissi.

Penser aux autres provinces

Une pause est observée pendant le festival le jeudi 8 décembre 2016 pour une série de communications et de formations sur les sources de financement du cinéma à l’international, au plan national et des ateliers de formation sur la caméra numérique, sur l’écriture du scénario et sur l’optimisation de la caméra numérique à l’intention des apprenants.

Cette 3e édition se tient sous le thème « Cinéma, citoyenneté et sécurité ». Le ministre de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, désigné comme président du festival,  a félicité l’initiative.

Après avoir suivi  le premier film « Le neveu de l’homme fort », qui retrace les différentes grognes sociales qui ont abouti à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, le ministre a appelé à diffuser ces films au-delà de la province du Kadiogo « pour que ça serve de leçon aujourd’hui  et comme à ceux qui auront en charge de gérer le pays ».

Chose que le promoteur dit envisager à la prochaine édition. « Le festival sera ouvert à plusieurs autres villes qui veulent l’accueillir », assure Charlemagne Abissi.

Revelyn SOME

Burkina24

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre