Ciné droit libre : Institut PANOS Afrique de l’Ouest plaide pour la vidéo citoyenne

538 0

A l’occasion de la 12e édition du Ciné Droit Libre, l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO) dans le cadre du projet « Acteurs culturels, acteurs médiatiques en Afrique de l’Ouest : Moteur ! », organise un séminaire régional sur le thème «Vidéos : de nouvelles voies de la citoyenneté ? ». La directrice de l’institut, Diana Senghor s’est entretenue avec la presse ce 13 décembre 206 à Ouagadougou sur l’atelier qui se tiendra à  les 14 et 15 décembre 2016. Près de 40 personnes venues d’une dizaine de pays prendront part à l’atelier.

Dans ce contexte de mutations technologiques accélérées, l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO) est convaincu de l’utilisation de la vidéo sur les réseaux sociaux à des fins citoyennes.

Après une expérience de l’IPAO au Mali, au Niger, au Sénégal et en Tunisie, celui qui se tient à Ouagadougou à l’occasion de Ciné droit libre, a pour objectif de partager des expériences afin de promouvoir la citoyenneté et les droits humains à travers la vidéo citoyenne et renforcer les synergies entre acteurs  de différents pays.

C’est aussi le lieu pour IPAO de s’entretenir avec les médias, les organisations professionnelles des médias et acteurs culturels sur les informations intéressant les publics défavorisés.

« Comment est-ce que les artistes et les médias peuvent contribuer à la citoyenneté, c’est le défi qu’on s’est lancé, le défi de la citoyenneté», dit Diana Senghor, la directrice de l’institut.

Panos veut aussi partager une expérience. «Comment un média élitiste peut devenir un média populaire en mariant les médias traditionnels aux réseaux sociaux ? », s’est- elle interrogée avant d’expliquer que :

Diana Senghor, directrice de l’institut Panos Afrique de l’Ouest

« Si c‘est seulement des professionnels qui utilisent la vidéo, je ne suis pas  sûre qu’on remporte le combat sur l’utilisation extrémiste de la vidéo. Il faut que les citoyens s’emparent de la vidéo qui est un moyen extrêmement puissant pour que ceux qui ont accès de plus en plus à Internet puissent faire des vidéos  utiles ».

Ne niant pas le contenu choquant que peuvent avoir des vidéos sur internet ou l’utilisation de la vidéo à des fins anti-citoyennes, l’atelier sera le lieu d’attirer l’attention des acteurs culturels, les activistes sur la nécessité d’avoir une certaine éthique dans la production et la consommation des vidéos.

La vidéo citoyenne est définie par la directrice comme étant des vidéos qui ne sont pas nécessairement produites par des professionnels mais des vidéos qui promeuvent les droits de l’homme, dénoncent des violations des droits de l’homme et éduquent sur les droits de l’homme.

La projection d’un film réalisé dans le cadre du projet aura lieu à l’Institut Français le 14 décembre à 15h suivi d’un débat sur le thème : « La vidéo pour faire la promotion et défendre les droits de l’homme : les innovations à exploiter ».

En rappel, l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (IPAO) est une organisation internationale non-gouvernementale, indépendante et laïque créée en 2000. Son siège est à Dakar. Il œuvre, par l’information et la communication, à la construction d’une culture de la démocratie, de la citoyenneté et de la paix.

Revelyn SOME

Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *