Assassinat de Norbert Zongo: Koudougou n’a pas oublié

778 0

Le collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la coordination de la coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) de la province du Boulkiémdé ont battu le pavé le mardi 13 décembre 2016 pour réclamer vérité et justice pour Norbert Zongo et ses trois compagnons d’infortune.

Partis du théâtre populaire de Koudougou, les marcheurs ont arpenté les artères de la ville pour se retrouver au Haut-commissariat du Boulkiémdé, d’où ils ont remis un message à Amidou Soré, haut-commissaire de la province, qui a promis de transmettre à qui de droit.

Les marcheurs se sont repliés au théâtre populaire pour un meeting et une conférence publique. Pour le président de la section provinciale du CODMPP Kisito Dakio,  cela fait 18 ans que Norbert ZONGO et ses trois compagnons, son frère Ernest Yembi ZONGO, son ami Blaise ILBOUDO et son chauffeur Abdoulaye NIKIEMA dit Ablassé ont été lâchement assassinés puis brûlés à quelques encablures de Sapouy.

Ce quadruple assassinat d’une rare barbarie a indigné le peuple burkinabè et les démocrates à travers le monde et a constitué l’élément déclencheur de la crise révolutionnaire qui secoue jusqu’à ce jour notre pays, le Burkina. Aux lendemains de cet acte ignoble, a été créé le CODMPP qui a canalisé le mouvement « trop c’est trop ».

La participation active du Collectif et de la CCVC à la lutte, a contribué à l’élargissement des espaces de libertés et à l’éveil de consciences des populations, conduisant à d’importantes luttes et victoires dont l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et la résistance héroïque contre le coup d’Etat de septembre 2015.

Ce 18ème anniversaire, a poursuivi Kisito Dakio, se tient dans un contexte national post-insurrectionnel, post –résistance au putsch et  post-RSP,  et des élections couplées présidentielle, législatives et communales qui ne dissipent pas pour autant les préoccupations des populations. Un contexte qui interpelle plus que jamais les nouvelles autorités sur la nécessité de satisfaire, avec diligence, les préoccupations et attentes pressantes des populations en matière de justice, de vie chère, de respect des libertés et d’affirmation de notre indépendance nationale.

Michel YAMEOGO

Correspondant de Burkina24 à Koudougou



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *