Affaire Djibrill Bassolé : «Il ne ressort nulle part que les écoutes sont inexploitables et que l’expert n’a pas pu effectuer sa mission»

Le général Djibrill Bassolé a été auditionné le 14 décembre 2016 par le tribunal militaire afin de lui communiquer les résultats de l’expertise sur les écoutes téléphoniques entre lui et Guillaume Soro  lors du putsch du 16 septembre 2015. Dans un communiqué, le parquet du tribunal militaire indique que l’expert allemand a conclu que ces écoutes sont exploitables et qu’il a pu mener son travail à terme.

Rien n’avait filtré ce mercredi à l’issue de l’audience sur les écoutes téléphoniques. Mais ce jeudi 15 décembre 2016, Me Varaut, l’un des avocats de Djibrill Bassolé,  sur RFI, a affirmé que l’expert a conclu que les écoutes sont «inexploitables» et que l’expert n’a pas pu aller au bout de son travail. Il a conclu qu’il fallait libérer son client.

Ce que contredit le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire Alioun Zanré dans un communiqué parvenu à Burkina24.

Il indique en effet que l’expert allemand commis pour authentifier ces écoutes n’a pas conclu que ces écoutes sont inexploitables. Ces informations « sont carrément aux antipodes des conclusions du rapport de l’expert« , dit-il.

«Il ne ressort nulle part que les écoutes sont inexploitables et que l’expert n’a pas pu effectuer sa mission», peut-on lire dans le communiqué. 

Quant aux conclusions de l’expertise elles-mêmes, le commissaire du gouvernement indique qu’elles sont protégées par le secret de l’instruction et ne seront divulguées que lors du procès.

Pour rappel, le général Djibrill Bassolé est poursuivi dans le cadre du dossier du putsch de septembre 2015.

Ses avocats avaient remis en cause l’authenticité de ces écoutes, jugeant qu’il s’agissait d’un montage. Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale avait également conclu de son côté qu’il s’agissait d’un «grossier montage».

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page