Roch Kaboré : Le Burkina « aura inéluctablement le dernier mot sur le terrorisme »

224 0

Une position militaire burkinabè  a été attaquée ce 16 décembre 2016 faisant 12 morts parmi les soldats burkinabè et des blessés. Des véhicules et des munitions ont été détruits et des bâtiments incendiés. Le Président du Faso, dans une déclaration ce vendredi, a appelé à l’unité nationale.

C’est aux environs de 5h30 ce vendredi qu’une quarantaine d’individus en véhicules et à motos, selon la Radio Nationale, ont attaqué un détachement du Groupement des Forces anti-terroristes (GFAT) de l’armée burkinabè, dans le village de Nassoumbou. Situé dans la commune de Djibo, le lieu de l’attaque est à proximité de la frontière du Mali vers laquelle les assaillants ont pris la fuite après leur forfait.

Selon le bilan dressé par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, par ailleurs ministre de la défense, dans une déclaration à la mi-journée, 12 militaires burkinabè ont été tués. Des blessés sont également signalés, de même que des dégâts matériels, notamment des véhicules et munitions détruits  et des bâtiments incendiés.

Dernier mot sur le terrorisme

Le Chef de l’Etat a salué la mémoire des « braves soldats tombés sous les balles assassines des ennemis de la démocratie ». Une occasion pour Roch Kaboré de rappeler que la menace terroriste est toujours permanente, justifiant, selon lui, des « nécessaires décisions qu’il nous faut prendre pour donner confiance et vitalité à notre armée ».

Le Président du Faso a appelé les Burkinabè  à l’unité et à la solidarité, notamment les forces armées nationales. Il a terminé en assurant que le Burkina restera fort face à toutes ces agressions. « Jamais le vaillant peuple du Burkina Faso n’a courbé l’échine devant ses ennemis. C’est pourquoi la génération présente ne trahira pas son rôle historique et aura inéluctablement le dernier mot sur le terrorisme », a-t-il affirmé.

A noter pour rappel que la région du Sahel, frontalière avec le Nord Mali où sont réfugiés de nombreux groupes terroristes, a  été durement éprouvée cette année 2016 par des attaques de nature terroriste contre les positions des forces de défense et de sécurité. Au moins une dizaine de militaires, de gendarmes, de policiers et de douaniers y ont perdu la vie. L’attaque de ce vendredi, la plus meurtrière, porte à une vingtaine le nombre de Burkinabè morts pendant ces agressions.

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre