Centre d’Humanisation sanitaire (CHS) : En plus de la maladie physique il y a l’aspect psychologique

783 0

Le Centre d’humanisation sanitaire (CHS) Camillianum a organisé une journée porte ouverte ce samedi 17 décembre 2016 à Ouagadougou. Cette activité a été marquée par une conférence sous le thème, «humanisation des services de santé au Burkina : un défi pour toute la société».

La prise en charge des personnes souffrantes nécessite des compétences adéquates qui sont enseignées dans les différentes écoles de santé. Par contre, le volet humain, spirituel, l’attitude à l’égard des personnes souffrantes et leurs proches sont ignorés dans les centres de formation. C’est dans ce cadre que le Centre d’Humanisation sanitaire (CHS) Camillianum essaie d’apporter sa contribution.  Il a organisé une journée porte ouverte ce samedi 17 décembre 2016 sous le thème «humanisation des services de santé au Burkina : un défi pour toute la société ».

Le CHS est une école de formation qui vise à doter ses étudiants d’une vision humaniste  et d’un esprit critique afin de leur permettre d’approcher convenablement et de soigner les personnes souffrantes non seulement avec les compétences, mais avec le cœur. Le centre a pour mission première de changer le regard du personnel soignant sur le soigné afin de l’amener à adopter les meilleures attitudes et comportements dans l’univers hospitalier en particulier et le monde de la souffrance en général.

Les participants

Le centre met l’accent sur la formation pluridisciplinaire qui est un outil pour soigner l’Homme et le rétablir dans sa dignité peu importe le mal qui le frappe. Le CHS forme des étudiants dans le monde de la santé et des associations s’occupant des malades et des pauvres. Ainsi, la formation dure deux ans soit deux heures le samedi donnant droit à un diplôme ou attestation. Le module pastoral sanitaire, bioéthique, philosophie, biblico-théologique et spirituel sont les modules dispensés dans ce centre.

Dans une société en quête d’un système de santé efficace, l’humanisation sanitaire demeure un aspect incontournable. Selon le représentant du ministre de la santé, Docteur Mété Bonkoungou, ce centre permet de comprendre qu’il existe d’autres volets de la dimension santé qu’il faut prendre en compte dans les formations sanitaires et les hôpitaux.

Docteur Mété Bonkoungou, le représentant du ministre de la santé

« C’est un centre qui va permettre aux soignants  de savoir que ce n’est pas la maladie physique qui compte mais il y a l’aspect psychologique et moral qu’il faut prendre en compte. L’amour du malade, cela est très important si nous voulons que nos malades ne se sentent pas abandonnés dans nos hôpitaux », a-t-il déclaré.

En rappel, créé le 26 octobre 1996, le centre pastoral sanitaire « Camillianum » est un centre de formation pluridisciplinaire, de partage et d’échanges d’expériences pour le monde de la santé en particulier et de la souffrance en général.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *