Conseil national industrial Burkina dénonce l’actuel code du travail

745 0

Le code du travail est obsolète selon le conseil national industrial Burkina, un groupe de syndicats d’industries du Burkina.  Pour dénoncer ce code du travail, ils ont animé une conférence de presse le samedi 17 décembre 2016 à la bourse du travail de Ouagadougou.

Les militants de la CNTB et de l’ONLS ont reçu une formation sur les failles de l’actuel code du travail

L’actuel code du travail du Burkina permet aux employeurs de rejeter les comités syndicaux dans les entreprises, interdire certaines formes de grève qui constituent une violation de l’article 22 de la Constitution ainsi que de certains traités internationaux ratifiés par le Burkina,  selon le conseil industrial burkinabè, un regroupement composé de la Confédération nationale des travailleurs du Burkina (CNTB) et l’Organisation Nationale des Syndicats Libres (ONLS).

En plus, « ce code du travail accorde un pouvoir de réquisition très étendu à l’autorité administrative ainsi qu’à l’employeur et favorise la prolifération des agences de placement devenues de véritables esclavages pour exploiter les travailleurs », selon le conseil industrial Burkina lors de sa conférence de presse organisée le samedi 17 décembre 2016 à la bourse du travail.

« Ce sont là, des raisons non exhaustives, qui fondent notre dénonciation », a souligné le secrétaire général du CNTB Paul Kaboré, coordonnateur de la campagne de dénonciation du code du travail du Burkina. Il a insisté sur le fait que les différents secrétariats généraux mettront à profit tous les efforts pour la relecture du code de travail.

C’est pourquoi, cette structure a tenu à l’organisation d’une séance de formation pour sensibiliser ses militants sur les problèmes que pose l’actuel code du travail du Burkina.

Pour Moussa Kaboré, cela permettra de renforcer les capacités pour entreprendre la lutte pour la révision du code du travail, discuter et élaborer des stratégies à adopter pour poursuivre l’initiation et l’actualisation du processus de révision du code du travail au niveau national. Elle permettra aussi, de son avis, d’identifier les sources d’appui technique « nécessaires et utiles à la révision  du code du travail ».

Les organisations syndicales dénoncent l’actuel code du travail depuis 2013. La révision a été faite en 2008 pour répondre, de l’avis du conseil, aux investisseurs locaux et étrangers et non pour protéger les travailleurs.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *