Nassoumbou : La CODER demande au gouvernement de donner “les moyens de sécuriser les frontières”

575 0

Dans cette déclaration, la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) réagit à l’attaque de Nassoumbou. Elle demande notamment au gouvernement de donner aux Forces de défense et de sécurité “les moyens de sécuriser les frontières et de défendre la nation”.

Le vendredi 16 décembre 2016,  douze (12) éléments du Groupement des Forces Anti – Terroristes (GFAT) des Forces de Défense et de Sécurité de notre pays ont perdu la vie dans une attaque terroriste à Nassoumbou.

La Coalition pour la Démocratie et la Réconciliation Nationale (CODER) s’incline sur la mémoire de ces vaillants et valeureux soldats morts au front de la défense  du territoire. Elle adresse ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Elle salue la solidarité nationale et l’union sacrée de toutes les couches sociales de notre pays autour de ses Forces de Défense et de Sécurité.

Elle constate, cependant, avec amertume et déception l’incapacité du pouvoir à organiser la riposte contre les attaques récurrentes du territoire national par des assaillants qui commettent leurs forfaits et repartent impunément.

Le gouvernement a la responsabilité d’assurer la sécurité des Burkinabè  et de leurs biens. Il lui revient de donner aux Forces de Défense et de Sécurité, dont le professionnalisme n’est nullement mis en cause, les moyens de sécuriser les frontières et de défendre la Nation. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et des décisions courageuses pour que les populations puissent vivre dans la paix et la sérénité.

Dans cet élan de solidarité et pendant que les Burkinabè pleurent et condamnent à l’unisson la perte de ses vaillants et valeureux fils, il est déplorable et inconcevable que des acteurs politiques de premier plan cherchent à tirer un profit politique de la souffrance et du désarroi des populations endeuillées en évoquant inopportunément l’implication sans preuve d’une partie du peuple meurtri.

La sécurité du Burkina Faso est l’affaire de tous; et l’unité d’action n’est possible que dans la cohésion sociale d’un  peuple uni et réconcilié avec lui-même. Ce sera le début d’un Burkina nouveau et d’espérance.

JUSTICE – RECONCILIATION – PAIX

Ouagadougou, le 18 Décembre 2016

Le Président de la Coordination de la CODER

Dr Ablassé OUEDRAOGO



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *