Financement du PNDES : L’opposition “n’acceptera plus l’argument de manque de moyens financiers”

544 4

L’opposition politique burkinabè félicite le gouvernement pour avoir obtenu des promesses de financement du Plan national de développement économique et social (PNDES) au-delà des attentes. Elle attend maintenant l’exécutif burkinabè au pied du mur.

Le Cadre de Concertation du Chef de File de l’Opposition (CC/CFOP) a tenu une réunion le 20 décembre 2016. Au menu de cette rencontre, la situation nationale, marquée par l’attaque de Nassoumbou, la vie au Chef de file de l’opposition (la demande d’adhésion d’Alain Zoubga de “L’Autre Burkina/PSR” a été agréée) et aussi le PNDES.

Sur ce dernier point, l’opposition a félicité le gouvernement pour avoir “su convaincre les partenaires au développement de verser une telle somme à notre pays“, qui est, pour rappel, de plus de 18 000 milliards de F CFA.

Mais ces congratulations cachent un avertissement. Pour les opposants, l’exécutif n’a plus désormais de motif pour ne pas répondre aux aspirations des Burkinabè. Morceau choisi du communiqué parvenu à Burkina24 :

“Pour l’Opposition,  le gouvernement n’a plus aucune excuse pour ne pas  régler rapidement les problèmes d’éducation, de santé, d’emplois des jeunes, d’insécurité, de relance économique, d’apurement de la dette intérieure, d’accès à l’eau potable, ou de lutte contre la vie chère, qui assaillent nos populations.

L’Opposition attend donc de voir les choses changer très rapidement dans la vie quotidienne des Burkinabè, puisque l’argent  tant attendu est  enfin là ! Comme tous les Burkinabè, elle n’acceptera plus que face aux revendications légitimes des travailleurs et des populations, le gouvernement continue de nous opposer l’argument de manque de moyens financiers”.

Le gouvernement est donc prévenu. Il faut noter par ailleurs que les opposants préparent un mémorandum sur le bilan des 12 mois de pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré.

Le communiqué informe également que le gouvernement a en projet la relecture du code électoral. Une correspondance a en effet été adressée au Chef de file, selon le communiqué, lui demandant de formuler des propositions dans le sens de cette révision.

Burkina24 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *