Médias publics/privés : « C’est la qualité du travail qui sera déterminante » (Remis Dandjinou)

668 0

Le renforcement de l’appui du gouvernement à la presse privée, le développement de la presse publique, l’état d’exécution du département et les perspectives pour l’année 2017, tels ont été les principaux sujets du deuxième Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) du ministère de la Communication et des relations avec le parlement.

Le mardi 27 décembre 2016, le  Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) du ministère de la communication et des relations avec le parlement s’est tenu à Ouagadougou. Il s’inscrit dans un contexte de mobilisation des populations et des partenaires financiers autour de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES).

En termes d’évaluation,  Remis Dandjinou, ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, établit « un taux d’exécution moyen mais relativement important » des actions menées par le département de la communication au cours de l’année 2016.

En effet, « le déploiement de la Télévision numérique de terre (TNT) sur tout le territoire, la signature de contrat pour la distribution de Sidwaya à travers 15 villes du Burkina montrent le taux d’exécution du département et le maillage de la sous-région par Sidwaya », a-t-il rappelé.

Ce CASEM sera également marqué par la présentation du budget programme 2017.  A en croire Remis Dandjinou,  «le budget n’est plus une mise en œuvre d’éléments financiers mais des résultats concrets à atteindre par chaque département ».

Sur  la question de la satisfaction des revendications du personnel de son département, le Ministre de la communication a souligné que « des résultats plus ou moins  consensuels ont été atteints ». Il a surtout insisté sur le fait que le « challenge est de donner  une viabilité à ces entreprises de presse (médias publics,  ndlr) dans un espace qui est extrêmement concurrentiel ». Selon lui, les médias doivent savoir que « c’est le  public qui détermine qui on regarde  et qui  on lit ».

Il a ajouté que, plus que la nature privée ou publique des organes de presse,  « c’est  la qualité du travail des médias qui sera déterminante». En ce sens, le porte-parole du gouvernement a invité à « changer la culture d’entreprise et à se conformer aux réalités sur le  terrain et  être plus compétitifs et plus concurrentiels dans l’espace où nous sommes ».

Irmine KINDA (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *