Relation dozo-koglweogo : La tension monte dans l’Ouest

689 0

Le chef suprême des bobos mandarè a reçu une délégation de la confrérie des dozos de l’Ouest ce mardi 03 décembre 2017. Cette rencontre avait pour objectif d’échanger avec le chef sur la question des koglwéogos dans l’Ouest du Burkina.

Installés depuis quelques temps déjà à Poya, ces groupes d’auto-défense ont fait parler d’eux en faisant subir des sévices corporels à deux individus de la localité pour une histoire de femme. En effet, ces deux hommes battus par ces derniers ont été présentés ce mardi 03 janvier 2017 au chef des bobos mandarês qui condamne cet acte.

Une “victime” des koglweogo

Selon lui, cet acte ne doit pas rester impuni. « Nous avons fait savoir notre position au gouvernement que nous ne voulons pas de koglwéogos dans la zone et malgré cela, il a laissé des individus se réclamant koglwéogos s’installer et nous les tiendrons pour responsables de ce qui en découlera », a laissé entendre le chef suprême des Bobos.

Toutefois, des mesures seront prises afin de punir ces derniers (les koglwéogo).

Pour Ali Konaté, président de l’Union nationale des dozos du Burkina, l’heure n’est plus au commentaire car « ils ont dépassé les limites et chacun prend ses dispositions, ce qui doit arriver, arrivera », a-t-il martelé.

Pour une histoire de femme, les deux individus auraient été battus et contraints à payer une amende de 150 000 F CFA chacun.

Les dozos ainsi que le chef des bobos tous à l’unanimité tiennent à réaffirmer leur refus catégorique quant à l’installation de ces groupes d’auto-défense dans l’Ouest du Burkina.

Ils invitent cependant les autorités à jeter un regard sur cette question de koglwéogo afin d’éviter tout affrontement entre les dozos et ces derniers.

« Nous restons fermes sur notre décision que cette histoire de koglwéogo ne verra pas jour dans notre région », a conclu le chef suprême des bobos mandarè.

Martial SANOU

Correspondant de Burkina24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *