Caporal Madi Ouédraogo : « Voilà les missions que le Général Zida voulait nous confier »

785 2

Ce mardi 10 janvier 2017, le caporal Madi Ouédraogo, présenté comme le cerveau du plan d’évasion des généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé de la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA),  a comparu à la barre. Lors de son interrogatoire, l’inculpé a relaté les faits remontant jusqu’à Isaac Zida, Premier ministre de la Transition à l’époque des faits.

Pour les accusations d’associations de malfaiteurs et de complicité de détention d’armes et de munitions, le Caporal Madi Ouédraogo nie les faits. Selon lui, c’est un vaste complot mené par le « lieutenant Isaac Zida » pour se « venger » de lui. Dans ses explications, Madi Ouédraogo, qui se présente comme le neveu de Isaac Zida, affirme que ce dernier a profité du fait qu’ils recherchaient leurs matériel perdus lors de l’assaut du camp Naaba Koom II.

Madi Ouédraogo dit avoir perdu 4 bœufs, deux réfrigérateurs, 5 béliers du Niger et une moto neuve.  Il confirme par ailleurs être allé chez Ouédraogo Cheikh Alassane dit « Ladji » en compagnie de Zalle Mahamadi et de Haro Atena pour demander des bénédictions afin de retrouver leur matériel. Et effectivement, poursuit-il, le 19 décembre 2015, au soir, les gens se sont retrouvés chez lui pour « parler du matériel ».

Mais selon le Caporal Madi Ouédraogo, l’idée de la réunion a été émise par des soldats proches de Isaac Zida. Le Caporal cite ainsi le Sergent Yougbaré Alexandre (décédé), les caporaux Ido Claude, Ouédraogo Rachidi et Ouédraogo Dieudonné. Ces derniers seraient venus avant la réunion pour lui remettre « un papier à lire pour savoir comment les gens vont réagir ». Selon les propos de Madi Ouédraogo, l’idée était de regrouper des soldats de l’ex-Régiment de sécurité présidentielle pour « un coup d’Etat à la Transition ».

Révolution …

Madi Ouédraogo remonte alors dans les faits. Le 18 juin 2015, explique-t-il, le général Isaac Zida a envoyé Nadié Arsène pour faire venir des jeunes du corps (Ex-RSP). Au nombre de 15 personnes, ils sont partis dans les  villas ministériels. Isaac Zida, selon les dires de Madi Ouédraogo, disait vouloir faire une révolution, « mais il faut qu’il fasse un coup d’Etat dans la Transition » et pour ce faire, il fallait éliminer des têtes, celles « de Gilbert Diendéré, Djibrill Bassolé et Salifou Diallo ».

« Voilà les missions que le général Zida voulait nous confier. Il voulait renverser les choses », explique-t-il. Cette mission allait être récompensée par une somme de « 60 millions de F CFA et une villa » par personne. Selon les propos du caporal, il aurait refusé la mission car contraire à ses obligations de soldat : « celui qui tente, je vais le dénoncer. Tous ceux qui étaient là-bas se sont découragés et on s’est levé rentrer ».

Le 19 juin 2015, poursuit le caporal Madi Ouédraogo, Isaac Zida l’a fait rappeler pour le convaincre encore. Pour preuve, relate Madi Ouédraogo, Isaac Zida aurait dit : « Tu as entendu (parler) du dossier l’assassinat de Thomas Sankara ? Le dossier, c’est moi je l’ai ouvert. Tu as entendu parler de Hyacinthe Kafando ? On enferme qui on veut. Faites la mission et laissez le reste avec moi ».

Le caporal Ouédraogo affirme être reparti au camp (Naaba Koom II) et avoir rendu compte à ses supérieurs. Le 30 juin 2015, indique le neveu de Zida, « des gens sont allés prendre les 60 millions de F CFA et  la villa. On les a pris à 500 mètres du domicile de Salifou Diallo. Diendéré  est au courant, même le chef d’Etat-major est au courant. Il y a beaucoup de chefs militaires qui ont du mal à me voir parce que si Zida avait fait sa révolution, on allait les nommer ».

Troubles le 29 décembre 2015 …

C’est à partir de refus d’exécuter la mission, selon Madi Ouédraogo, que le complot a été fomenté pour le discréditer. Ainsi, Ido Claude plus 4 autres soldats de l’ex RSP l’ont touché pour l’informer que le Premier ministre Isaac Zida était en train de réaffecter les ex-RSP à Ouagadougou « pour créer des troubles le 29 décembre 2015, le jour de l’investiture (de Roch Kaboré) et prendre le pouvoir ».

C’est à la recherche des hommes que les éléments proches de Zida auraient remis une feuille à Madi Ouédraogo de lire pour avoir la réaction des hommes qui étaient venus, chez Madi Ouédraogo, pour, affirme ce dernier, trouver des solutions pour récupérer leur matériel. Sur la feuille en question, il était écrit, « attaquer Yimdi, prendre Naaba koom et prendre MACA ». « Ils m’ont flatté de lire et ils ont enregistré », explique Madi Ouédraogo.

Le caporal Madi Ouédraogo a été interpellé le 23 décembre 2015 et affirme n’avoir aucunement convoqué une réunion chez lui pour cette date. « On me traite de tout alors que je n’ai rien fait. Ils ont perquisitionné chez moi, même une aiguille, ils n’ont pas trouvée », a affirmé le Caporal Madi Ouédraogo.

Synthèse de Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *