Norvège: Premier pays au monde à arrêter la radio FM

770 0

Au profit de la radio numérique, la bande FM cessera d’émettre en Norvège d’ici à la fin 2017.

La Norvège deviendra à partir du 11 janvier 2017, le premier pays au monde à ranger aux oubliettes la bande FM. A travers cette décision, le gouvernement norvégien souhaite promouvoir la radio numérique terrestre (Digital Audio Broadcasting) diffusée via les ondes hertziennes par voie terrestre ou satellite.

La raison ? Celle-ci offre une meilleure qualité de son – une donnée importante dans ce pays montagneux et qui possède de nombreuses îles – et permet d’héberger davantage de fréquences. Le tout au même prix, plaide l’exécutif. Résultat, le nombre de stations de radio devrait nettement augmenter dans les prochaines années.

Inventée par Edwin Armstrong, la radio FM a été introduite en Norvège dans les années 50. C’est dans la région de Nordland, dans le nord du pays, que la bande FM cessera d’émettre en premier. A la fin de l’année 2017, tous les Norvégiens pourront jeter leurs anciens postes radio à la poubelle. À moins qu’ils ne préfèrent les ranger au grenier avec leurs anciens baladeurs cassette et magnétoscopes…

La Norvège est un pays pionnier en matière de radio numérique. Celle-ci y est accessible depuis 1995 et est disponible pour 99,5% de la population. Au total, 7 Norvégiens sur 10 sont équipés d’une radio numérique. Il n’empêche : la décision du gouvernement est extrêmement impopulaire. Selon un sondage réalisé en décembre 2016 par le journal Dagbladet, 66% des habitants sont opposés à l’arrêt de la bande FM. “Nous ne sommes pas prêts”, s’alarme le député Ib Thomsen, dont le parti du progrès est membre de la coalition gouvernementale avec les conservateurs.

Dans ce pays de 5,1 millions d’habitants, la bande FM est encore massivement écoutée en voiture, dans les foyers des personnes âgées et chez les pêcheurs, alertés en cas d’intempéries.

La Suisse prévoit de tourner le dos à la radio FM vers 2020. Quant au Royaume-Uni et le Danemark, ils envisagent cette même mesure. Toutefois, tout dépendra de la réussite ou pas de la transition norvégienne.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *