Le ministère de l’environnement à l’heure de la maîtrise du budget-programme

273 0

Le Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) constitue un moment d’introspection pour l’évaluation des programmes des activités réalisées au cours des six derniers mois et de dégager des perspectives pour la suite. Celui du ministère de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, qui est à sa deuxième session de l’année 2016, s’est tenu ce vendredi 20 janvier 2017.

S’agissant de l’importance du CASEM pour un ministère comme celui en charge des questions environnementales, « il permet de mettre en cohérence les actions du ministère afin de mieux canaliser les ressources dont il dispose », a  indiqué en substance, le ministre Nestor Batio Bassière.

De nombreuses activités ont été réalisées au cours de l’année 2016 au ministère en charge de l’environnement et de l’économie verte à la grande satisfaction du Ministre Bassière. Au chapitre des réalisons, il cite, entre autres, la participation remarquable de son département à la COP 22 au Maroc, l’opération zéro plastique, l’élaboration des textes d’application relatifs à la restructuration du corps paramilitaire des Eaux et forêts.

Quant à la préservation de la faune et des forêts, les services du ministère ont œuvré à ce que les forêts soient libérées, ce qui a permis de procéder à leurs délimitations. Les mêmes actions vont se poursuivre avec, à la clé, la création d’une police environnementale dans l’optique de mieux protéger l’environnement et de sécuriser les forêts.

Des perspectives pour l’année 2017

Les premiers responsables du ministère de l’environnement lors de l’ouverture du CASEM – © DCPM ministère de l’environnement

Au regard des acquis de l’année écoulée, « à l’heure du bilan, on peut dire qu’il est très positif», conclut le Ministre tout en félicitant ses collaborateurs. Au titre de l’année 2017, l’opérationnalisation de l’académie nationale créée en 2016 va permettre au Burkina Faso de mettre en pratique sa stratégie nationale pour la promotion de l’économie verte.

A cela s’ajoute l’accroissement de 2% des espaces de conservation sous-aménagement, la récupération de 2500 hectares de terres dégradées, la création de 13 éco-villages en tant que modèle de développement durable et de démocratie à la base et la collecte de 960 000 mille tonnes de produits forestiers non ligneux.

L’atteinte de ces objectifs passe par la maîtrise du budget programme par les cadres du ministère. C’est pourquoi, le deuxième CASEM de l’année 2016 se tient sous le thème « la mise en œuvre du budget programme : enjeux et défis au niveau sectoriel ». Le Ministre Nestor Batio Bassière souhaite que les communications faites au cours de ce CASEM donnent l’occasion à ses agents de se familiariser avec ce concept et de s’approprier le processus d’élaboration et d’exécution du budget programme.       

Eric OUEDRAOGO (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre