Le Rwanda présenté comme un exemple réussi de développement d’Internet dans le monde

500 0

Lors du World Economic Forum de Davos tenu du 17 au 20 janvier 2017 à Davos en Suisse, Irina Bokova, la directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a présenté le Rwanda comme un des exemples de réussite du développement d’Internet dans le monde.

Elle a appelé les nombreux pays qui présentent encore un faible taux de pénétration d’Internet dont le Burkina à faire preuve du même leadership national que ce pays d’Afrique de l’Est pour connecter et améliorer les conditions de vie des 3,9 milliards de personnes qui ne le sont pas encore.

Irina Bokova s’exprimait le 17 janvier 2017 lors d’une séance spéciale de la Commission « La large bande au service du développement durable », organisée avec l’Union internationale des télécommunications (UIT) dont le directeur du bureau du développement des télécommunications est le Burkinabè Brahima Sanou depuis fin 2014.

Le président rwandais Paul Kagamé, par ailleurs co-président de la Commission, a expliqué le succès que rencontre son pays aujourd’hui dans le segment d’Internet par l’intégration du secteur privé en tant que partenaire pour l’innovation et l’investissement dans la politique rwandaise de développement du numérique.

Le fournisseur d’accès Internet haut débit de gros “Korea Telecom Rwanda Networks” (KTRN), qui propose des prix avantageux et est actuellement en train de se déployer dans tout le pays, en est un exemple fort, selon lui.

« Le partenariat public-privé est vital pour le développement du numérique, en considérant qu’apporter la connexion là où elle est absente offre un potentiel énorme. La connexion de ce nombre immense [de personnes] contribuera aux recettes générées. En tant que partenaires, nous avons l’opportunité d’envisager des rendements attractifs sans nécessiter des coûts importants qui freineraient l’accessibilité », a déclaré le président Kagamé.

Il a révélé que c’est grâce à l’intégration du secteur privé dans la stratégie et la planification nationale de développement des TIC que le Rwanda a enregistré une progression de sa connectivité de 30 % entre 2003 et 2016.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Les Rwandais qui ont accès à l’électricité et à l’eau potable chez eux ne dépassent pas 15% de la population rwandaise. Les faits ne sont pas à prouver. Des centaines voire des milliers de Rwandais vendent le peu de biens dont ils disposent y compris les portes de leurs maisons afin de fuir la famine et la misère qui les frappent sévèrement depuis plusieurs années.
    Pour disposer d’un ordinateur, il faut avoir les moyens financiers de l’acheter.Pour accéder à l’internet, il faut avoir un ordinateur et les moyens financiers pour payer sa consommation. Pour qu’un ordinateur fonctionne, il faut de l’électricité. Outre la rareté des Rwandais qui ont accès à l’énergie électrique, au vu de la paupérisation qui frappe des millions de Rwandais et qui le conduit à quitter leur pays vers les pays voisins, une très grande majorité des Rwandais sont dans l’impossibilité d’accéder à l’internet.
    Les Rwandais de moins de 30 ans sont plus de 65% de la population rwandaise. Ce sont eux les consommateurs de l’internet. Or, plus de 85% de jeunes rwandais qualifiés et non qualifiés sont gravement frappés de chômage et les faits sont limpides. Par conséquent, ils n’ont pas accès à l’internet.
    Il s’ensuit que vos affirmations sont erronées ou des plaisanteries de mauvais goût. Il aurait été, pour l’auteur de cet article commenté, de se documenter sur la situation économique et sociale des Rwandais avant de proférer ce genre d’affirmations.Il a fait copier et coller des galimatias et autres divagations des oligarques du régime Kagame. Si un homme peut cacher sa fortune, il ne peut nullement cacher sa misère. Kagame a cru cacher la paupérisation dans laquelle vivent des millions de paysans Rwandais aux seules fins prouver à ses bailleurs de fonds qu’il est un bon gestionnaire et qu’il mérite conséquemment plus d’aides financiers. C’est peine perdu car le masque est tombé par la fuite des milliers de misérables rwandais qui fuient le Rwanda vers l’Ouganda, la Tanzanie et la RDC pour avoir de quoi nourrir leurs enfants. L’économie rwandaise est entre les mains des oligarques du régime sous la direction de Kagame. La vie des millions de paysans rwandais n’est sûrement pas la préoccupation des maîtres actuels du Rwanda qui ont été dépouillés de leurs petits lopins de terre qui les faisaient vivre par Kagame et les siens, le tout en sus de racket sous le non d’impôts qui sont au nombre de 14 de ces millions de paysans Rwandais.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *