Côte d’Ivoire : Les fonctionnaires décident de poursuivre leur grève

Les organisations syndicales des fonctionnaires ivoiriens ont décidé ce samedi 21 janvier 2017 de reconduire pour cinq jours leur grève entamée depuis le 9 janvier dernier.

Les responsables syndicaux des fonctionnaires ivoiriens ont réuni ce samedi 21 janvier 2017 leurs différentes bases dans une démarche de restitution des négociations engagées avec le gouvernement les 19 et 20 janvier derniers.

Estimant que les concessions faites par le gouvernement sont en dessous de leurs attentes, les fonctionnaires ivoiriens ont décidé de la reconduction de leur grève, a-t-on appris samedi de source syndicale.

« La grève continue pour obtenir le stock des arriérés » de primes et salaires ainsi que « l’intégration effective (dans la fonction publique) des agents journaliers, la revalorisation de points d’indice » (augmentation de salaires) et le changement du mode de calcul des retraites, a expliqué un porte-parole de la plateforme qui regroupe une cinquantaine de syndicats de fonctionnaires ivoiriens.

Les fonctionnaires grévistes exigent des augmentations de salaires et le paiement de certains arriérés de primes, et protestent contre une réforme des retraites intervenue en 2012.
Cette réforme fait passer l’âge de la retraite de 55 à 60 ans, voire 65 ans pour les grades les plus élevés. Les cotisations augmentent de 6 à 8,33% du salaire, alors que les pensions ont été réduites de 30 à 50% selon les catégories.

Dans la soirée de ce samedi 21 janvier au journal de la RTI1, le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative, Abinan Kouakou Pascal, dans un communiqué a invité les fonctionnaires à reprendre le travail dès le lundi prochain tout en leur rappelant la législation en vigueur dans le secteur public.

Avant cela le jeudi 19 janvier, le gouvernement dans un autre communiqué avait donné l’assurance d’avoir trouvé un accord sur trois des cinq revendications des syndicats. Raison pour laquelle, « l’ensemble des fonctionnaires’’ était invité ‘’à tenir compte des efforts considérables consentis depuis 2011 et qui coûtent à l’Etat, chaque année, 244,8 milliards de FCA (370 millions d’euros). Il s’agit notamment du déblocage des salaires de tous les fonctionnaires et agents de l’Etat de Côte d’Ivoire, salaires qui étaient bloqués depuis 1988, et de la reprise des avancements indiciaires chaque deux ans ».

Cette grève s’inscrit dans une avalanche de fronde sociale et militaire à laquelle fait face le nouveau gouvernement ivoirien conduit par le Premier Ministre nouvellement nommé, Amadou Gon Coulibaly.

De l’avis de tous, les concessions faites récemment aux 8.500 militaires qui ont exigé et obtenu le paiement de 12 millions de

F FCFA chacun, ont donné de l’eau au moulin des fonctionnaires ivoiriens décidés à faire fléchir le gouvernement.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page