Soum : « Nous allons réagir» (Simon Compaoré)

574 0

Le ministre de la sécurité intérieure, Simon Compaoré a réagi ce vendredi 27 janvier 2017 sur la « désertion » du corps enseignant dans la province du Soum au Nord du Burkina. Selon l’information donnée par la télévision Bf1 le jeudi 26 janvier, (02) hommes « bien armés » sur une moto, ont sommé des enseignements de quitter leur poste.

Bien avant de rebondir sur l’actualité dans le Soum, Simon Compaoré est revenu sur la manifestation qui a eu lieu à Bagré, le jeudi 26 janvier 2016. La gendarmerie de la localité avait été prise d’assaut par des populations venues libérer des « exciseuses » qui y étaient détenues.

Le ministre de la sécurité, en revenant sur le fait ce vendredi 27 janvier 2017, a tranché : « on ne peut pas se permettre de plaisanter », dit-il. A écouter le ministre Simon Compaoré, l’Etat a pris ses responsabilités. Du fait de la situation, « des dispositions ont été prises » et « du renfort » envoyé.

«Vous verrez sur le terrain !»

Déjà, pour cette affaire de Bagré, une trentaine de personnes, « les meneurs » ont été arrêtés. Aussi, informe le ministre de la sécurité intérieure, les exciseuses seront recherchées et « vont répondre de leur forfait ».  

Pour revenir à ce qui s’est passé dans le Soum et relayé par la télévision Bf1, Simon Compaoré  relate que « l’Etat a sonné l’alerte ». Sans trop entrer dans les détails, Simon Compaoré informe que des dispositions ont été prises, « mais je préfère ne pas en dire plus. Vous verrez sur le terrain ! », insiste-t-il. « Les enseignants sauront qu’il y a un Etat protecteur qui veille à l’intégrité de notre territoire », poursuit-il.

Le ministre a rassuré les fonctionnaires qui exercent dans la zone de la volonté du Gouvernement d’y assurer la sécurité. « Il ne peut être question d’obtempérer à des injonctions de gens qui sont sans foi ni loi et qui ne savent qu’une seule chose, semer la mort et la désolation. Nous allons réagir et la réaction sera à la hauteur de la provocation », indique Simon Compaoré.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *