Burkina : Lancement d’un nouvel organisme de défense des droits humains

710 0

L’Observatoire indépendant de la démocratie et des droits de l’Homme (en abrégé ODDH) vient d’être lancé ce samedi 28 janvier 2017 à Ouagadougou. Il s’agit d’un organisme qui a pour but essentiel de promouvoir la démocratie et de défendre les droits humains au Burkina.

L’ODDH se veut un organisme d’analyse, de veille et d’alerte démocratique. Cette mission fondamentale consiste à mener des activités de documentation et de surveillance par différents moyens et stratégies.

L’observatoire est composé de membres actifs, membres passifs et de membres d’honneur. L’organe dirigeant de l’ODDH/Burkina est fort de six membres reconnus comme pétris d’expériences chacun dans son domaine. La présidence est assurée par Lookman Sawadogo, journaliste et défenseur des droits humains.

Les cinq autres membres sont : Charles Sorgho (Secrétaire général), Siaka Coulibaly (Secrétaire chargé de la recherche, l’analyse et les études), Adama Guébré (Secrétaire chargé de la communication, du plaidoyer et des campagnes), Hamado Ouédraogo (Secrétaire chargé de la formation et du renforcement des compétences) et Seydou Traoré (Trésorier).

L’adhésion à l’ODDH, selon les responsables de l’organisme, est libre et sans discrimination et se fait sur demande volontaire soumise au paiement d’un droit. L’ODDH/Burkina compte intervenir dans neuf domaines primordiaux : Justice et libertés démocratiques, Foncier et habitat, Environnement, mines et entreprises extractives, Elections, droit de vote et citoyenneté, Paix et sécurité, Droits économiques, Genre, Décentralisation et Droits socioculturels.

Moyens d’action : La dénonciation, l’interpellation, la sensibilisation…

Ablassé Ouédraogo du parti “Le Faso Autrement”, le député de l’UNIR/PS, Alexandre Sankara et bien d’autres personnes lors du lancement officiel de l’ODDH.

« C’est une plateforme d’activistes et de défenseurs des droits de l’Homme expérimentés qui s’engagent à mener en permanence une action pour le respect des droits économiques, sociaux, politiques des citoyens, des principes démocratiques et de l’Etat de droit dans la société burkinabè tel qu’édictés par la Constitution, les instruments régionaux et internationaux pertinents en matière de droits de l’Homme », a expliqué le président de l’ODDH, Lookman Sawadogo.

La dénonciation, l’interpellation, la documentation, la publication des cas de violations, le plaidoyer, le lobbying, la formation, la sensibilisation et la coopération avec les instances nationales et internationales politiques, judiciaires et administratives constituent les moyens d’action de ce nouveau-né des OSC. L’ODDH, à écouter son président, fonctionnera sous des mandats exécutif (Organe dirigeant), décisionnel (Assemblées générales), consultatif (Conseil scientifique) et technique (Commission ad hoc).

Lors du lancement de l’observatoire, il a été fortement proposé à ses responsables d’intégrer le « I » (Indépendant) à la dénomination « ODDH », de joindre à l’organe dirigeant au moins un genre féminin et de défendre aussi les causes de l’enfant. La question de l’obligation de vote et la création de radio propre à l’ODDH ont également été soulevées. « On va en tenir compte », a rassuré Lookman Sawadogo.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *