Burkina vs Tunisie : Pour Duarte, il faut oublier le passé

Le sélectionneur des Etalons Paulo Duarte a participé à la traditionnelle conférence de presse  d’avant-match de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017 à la veille d’affronter les Aigles de Carthage. Le sélectionneur des Etalons pense que ses joueurs ont la possibilité de gagner de prendre le dessus.

Pour son premier match avec les Etalons en 2008, Paulo Duarte est allé arracher une victoire en Tunisie (2-1) avant de faire match nul (0-0) à Ouagadougou. La Tunisie et le Burkina Faso se retrouvent cette année à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en match des quarts de finale comme en 1998 où les Etalons s’étaient qualifiés. Pour Paulo Duarte, il faut oublier cette histoire et se concentrer sur le temps présent.

« La victoire contre la Tunisie lors du premier match restera toujours dans la mémoire des Burkinabè et sur mon cv », affirme Paulo Duarte « mais je ne vis pas dans l’histoire. Plutôt dans la réalité, et la réalité c’est qu’on va jouer contre  une grande Tunisie, qui revient au plus haut niveau après quatre ou cinq années sans grand résultat ».

Le Portugais relève qu’il faut respecter le parcours de la Tunisie qui a perdu (2-0) son premier match contre le Sénégal mais a réussi à se qualifier par la suite. L’équipe a montré du caractère et une forte mentalité de l’avis de Duarte.

Deux adversaires qui se connaissent

D’ailleurs avant de revenir au Burkina Faso, Paulo Duarte a dirigé le club sportif Sfaxien. Trois joueurs qu’il a tenus se retrouvent dans cette équipe. « Mais ce n’est pas un avantage. N’importe quel entraîneur peut trouver aujourd’hui des informations sur Internet concernant toutes les équipes. C’est vrai que je sais comment les joueurs pensent et réagissent, que je connais la mentalité des joueurs tunisiens », a reconnu Duarte qui insiste sur le fait que les Tunisiens connaissent également comment lui aussi pense. Ce qui met les deux formations à égalité.

Pour battre la Tunisie, Duarte compte sur la qualité de son groupe. Au niveau de l’attaque, il estime qu’il a une variété de joueurs qui lui laissent beaucoup de choix. Il s’agit par exemple de Bancé qui est un attaquant fixe, Banou Diawara capable de jouer en fixation tout comme en mobilité sans oublier des joueurs rapides comme Alain Traoré et Préjuce Nakoulma. « Les joueurs ne savent pas qui va jouer demain. Jusqu’à la dernière minute, je peux changer. Mais c’est une force, car on a les moyens de varier les possibilités et de confondre l’adversaire », assume Paulo Duarte.

Si les Étalons du Burkina se qualifiaient samedi, ce serait la troisième fois que le Burkina Faso disputera les demi-finales de cette compétition, après 1998 et 2013.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page