“Badenya”, une histoire de fraternité

3005 0

Ouédraogo Yacouba et Ouédraogo Seyba sont deux jeunes artistes burkinabè  qui évoluent sous le nom « Badenya Seyba et Yacou ». Ils reviennent sur la scène musicale après six années d’absence avec leur 3e album  de 10 titres nommé « Badenya », qui veut dire « la fraternité » en mandingue le 29 janvier 2017 à Ouagadougou.

Plus connu sous le nom « Zikiri », Seyba et Yacou se présentent aujourd’hui sous le nom «Badenya » pour signifier leur attachement l’un à l’autre.

« Nous venons de la même région, Ouahigouya ,  nous avons grandi à Bobo-Dioulasso, nous avons fait l’école coranique ensemble, nous avons commencé la musique ensemble et depuis lors, on ne se quitte plus. On se sent proches et on se voit comme des frères d’une même famille », explique Yacou.

De gauche à droite, Ouédragou Yacouba dit Yacou et Ouédraogo Seyba du groupe “Badenya”

Ces frères qui ne se quittent plus depuis leurs jeune âge, chantent en mooré, dioula et français et évoquent des thèmes d’amour, de paix, de fraternité, de respect et bien d’autres à travers les titres « Dougou », « Djanfa », « Kèlè », « Dounia ».

Leur reconnaissance en leur guide spirituel, l’iman Haidara du Mali et leur foi en Dieu se manifestent dans les titres « Fama ni fima », « Chérif Dehou » et « Ahhah ka Kedo ».

 Leur genre musical, le mandingue par lequel ils se font plusieurs fans dans des régions du Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Mali.

En rappel, les deux précédents albums sont « Kira Kanou be anwnan » en 2009 et  « Mougnou ni sabari » en 2011 à Bobo-Dioulasso. C’est d’ailleurs à ce dernier évènement qu’ils feront la connaissance de Safi Ouédraogo, une autre sœur , manager et productrice, qui décide de les prendre sous son aile et «Badenya », la fraternité vit ainsi le jour.

Revelyn SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *