Etats-Unis: Tout savoir sur le décret anti-immigration de Donald Trump

772 2

Le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, fait fortement parler de lui depuis son investiture le 20 janvier 2017. Multipliant la signature des décrets, le dernier en date et à l’origine d’un grand tollé, c’est celui limitant l’immigration dans son pays. Tous les détails. 

Le décret paraphé par le président interdit pendant quatre-vingt-dix jours toute entrée sur le territoire américain des ressortissants de sept pays musulmans : le Yémen, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et l’Irak. Cette liste pourrait être élargie à l’avenir sur proposition du département de la sécurité intérieure au Président Trump, en accord avec le secrétaire d’Etat.

Ce décret stipule également l’interdiction sur le territoire américain, pendant quatre-vingt-dix jours, les entrées de réfugiés venant de ces pays. Il en est autant pour les demandes des réfugiés syriens jusqu’à nouvel ordre.

Ce texte bloque, donc, de façon générale, le processus d’admission des réfugiés du monde entier pendant 120 jours. Dans un premier temps, le samedi 28 janvier dernier, il avait élargi ce décret aux détenteurs de le Green Card, le visa de résident permanent aux Etats-Unis, avant de revenir sur sa décision le lendemain après-midi.

Dans la soirée du dimanche 29 janvier, Donald Trump a annoncé que son pays émettrait à nouveau des visas pour tous les pays concernés une fois mises en place des politiques de sécurité.

Aussitôt signé, aussitôt la riposte judiciaire engagée. A New York et en Virginie, des juges fédéraux ont imposé, samedi 28 janvier, un sursis d’urgence au décret de Donald Trump, après de nombreux recours déposés par des associations. Cette décision a pour conséquence d’interdire aux autorités américaines de refuser l’entrée ou d’expulser des personnes originaires des pays concernés par le décret, mais seulement si ses personnes disposent d’un visa valide.

Des manifestations contre le décret anti-immigration de Donald Trump ont eu lieu dans plusieurs villes ou leurs aéroports des Etats-Unis (Seattle, Los Angeles, San Francisco…). Des manifestants se sont même fait entendre sous les fenêtres du président Trump dans le parc de la Maison Blanche à Washington.

Le Canada, par la voix de son ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen, a décidé d’accorder un asile temporaire aux voyageurs à destination des Etats-Unis affectés par le décret anti-immigration signé vendredi 27 janvier dernier par Donald Trump.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24                                                                                              

Source: Le Monde



Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. il y a une chose qui ne mente jamais c’est bien l’histoire!Trump a commence à écrire son histoire et du même coup l’histoire des Etats unis avec à savoir comment il sera retenu dans l’histoire cela dépend….

  2. c est ce qui arrive quand on laisse un fou dirigé un pays dans ce cas les presidents des autres pays n ont qu a faire comme Trump

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *