Paulo Duarte, coach (ing) gagnant !

669 0

Premiers du groupe A à l’issue du premier tour de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui se tient depuis le 14 janvier au Gabon, les Etalons ne pouvaient plus avancer masqués. Mais le sélectionneur Paulo Duarte a su brouiller les cartes pour arracher la qualification pour la demi-finale de cette 31e édition face aux Aigles de Carthage en quart de finale.

La titularisation de Cyrille Bayala a surpris Henry Kaspezack

Le samedi 28 janvier 2017 restera un jour mémorable pour les Etalons et leur sélectionneur Paulo Duarte. Face à l’expérimenté Henry Kasperzack au palmarès enviable avec quatre quarts de finale de Coupe d’Afrique des Nations (CAN), dont une finale en 1996 avec l’équipe de la Tunisie, Paulo Duarte n’avait pour seul haut fait que cette qualification en quart de finale de la CAN 2017. Et pour son premier quart de finale, Duarte a choisi d’user son adversaire avant de le battre.

Après sa qualification, on pensait tout savoir sur l’équipe du Burkina. Mais, l’ancien joueur de Laiera avait plus d’un tour dans son sac. Sur la feuille de match, Paulo Duarte conserve sa défense habituelle avec Bakary Koné, Issoufou Dayo, Steeve Yago et l’intrépide Yacouba Coulibaly.

Au milieu de terrain, Blati Touré est titularisé pour la première fois aux côtés de Charles Kaboré. Abdou Razack Traoré, désormais plus offensif, est soulagé des tâches défensives. Cyrille Bayala et Bertrand Traoré sont sur les ailes pour donner de la vitesse. Préjuce Nakoulma est placé dans l’axe, à la pointe. Hervé Koffi Kouakou est dans les buts. Avec une telle composition d’équipe, Duarte avait une idée en tête : déjouer le plan préparé par Kasperzack.

Les Tunisiens ne s’attendaient pas à voir Touré et Bayala

« J’ai surpris la Tunisie en alignant d’entrée des joueurs auxquels elle ne s’attendait pas, comme Touré ou Bayala. L’adversaire pensait voir Alain Traoré ou Aristide Bancé débuter le match », explique l’entraîneur en fin de match. Au coup d’envoi, les meilleures occasions sont burkinabè avec Préjuce Nakoulma et Bertrand Traoré qui font de mauvais choix dans le dernier geste. Les Etalons laissent ensuite les initiatives du jeu aux Tunisiens.

Aristide Bancé était l’arme secrète de Paulo Duarte

Avec deux milieux défensifs, ils ferment les espaces. Les Tunisiens sont obligés de sprinter sur les côtés. La vitesse de Bayala, Préjuce Nakoulma amène l’équipe tunisienne à enchaîner les efforts. Les Etalons se contentent soit de détruire les actions offensives soit d’imposer leur jeu technique.

Ce qui amène les Tunisiens à commettre beaucoup de fautes. En première mi-temps, trois des défenseurs ont déjà des cartons jaunes. Petit à petit, Blati Touré monte dans le jeu empêchant de plus en plus les Tunisiens de se retrouver. Abdou Razack Traoré recule. Les Tunisiens sont déroutés.

A Libreville, le temps est lourd, humide et chaud. Les Etalons avaient un jour de récupération de plus que la Tunisie. Avec leurs grands gabarits, les Aigles de Carthage allaient s’épuiser un peu plus vite.

Attendre que les Tunisiens se fatiguent

Ceci aidant, le Portugais voulait d’abord conduire les Tunisiens à l’épuisement avant de sortir sa boîte secrète. Très actifs depuis 50 minutes, les Aigles commencent à se tenir les hanches. Les traits sont tirés. Les langues sortent. Ils sont les premiers à commencer les remplacements : la fatigue !  

76e mn. C’est le moment choisi par Paulo Duarte pour lancer un joueur puissant, capable d’attirer des joueurs sur lui : Aristide Bancé. « On a attendu la deuxième période pour mettre Bancé parce qu’on connaît son potentiel sur les frappes à distance et sur les balles arrêtées. Il fallait donc le lancer au moment où la Tunisie, du fait de la fatigue, allait libérer des espaces», confie Duarte.

Dès son entrée, Bancé se signale. En combinaison avec Bertrand Traoré, il sème la panique dans le camp tunisien (78e). Deux minutes plus tard (80e) il ouvre le score (1-0) sur un coup-franc tiré à ras de terre. Puis, il touche le poteau (81e). L’attaquant d’ASEC d’Abidjan est aussi présent en défense où il impose sa taille et sa puissance en dominant adversaire et coéquipiers de la tête. Il sert sur le coup Nakoulma qui porte le score à 2 à 0 (84e).

Après avoir usé les Aigles de Carthage tel dans un combat de boxe, Duarte les achève  par l’entremise de Bancé. La victoire assurée, le Portugais gère le reste du match et remporte la bataille tactique.  Retour gagnant !

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *