Burkina : Scolariser un enfant en suivant un concert

237 0

Une journée de solidarité musicale, c’est la trouvaille de l’association Dounia Solidarité+ pour récolter des fonds afin de scolariser des enfants affectés, infectés et rendus vulnérables du fait du VIH/SIDA. L’association se prépare déjà pour la 3è édition, mais il était d’abord question de faire le bilan face à la presse ce 31 janvier 2017 de la 2è qui a eu lieu le 20 décembre 2016.

Considérant que les financements se font rares, l’Association Dounia Solidarité trouve comme stratégie d’organiser un concert pour mobiliser des fonds en vue de s’acquitter des frais de scolarité d’enfants affectés, infectés issus de famille pauvres.

Les retombées de la 2è édition tenue à la Maison du peuple de Ouagadougou qui a fait 1 000 entrées et recueillir plusieurs dons en fournitures scolaires et de  vivres. « Comme bilan, nous n’avons pas atteint les objectifs en ce qui concerne le déplacement de la Maison du peuple, environ 1000 entrées. Mais au-delà de ça, il y a de bonnes volontés des partenaires qui se sont engagés au cours de cette soirée et après la soirée en termes de dons en vivres et en espèces», explique Gartèb Kolani, responsable exécutif de l’association.

Ce qui a permis de subvenir à la scolarité de 155 enfants pour l’année académique en cours, d’inscrire 60 jeunes démunis grâce à des bourses reçues, un appui en fournitures scolaires qui permet de disposer de 35% de besoins en fournitures pour l’année prochaine.

Les promesses de dons en vivres, elles, se font toujours attendre mais « à terme, nous attendons  de récolter une quantité de vivres qui va permettre à 201 enfants issus de 198 familles démunies», confie-t-il.

Des résultats qui, tout de même, confortent les organisateurs du choix de cette stratégie pour  la mobilisation de ressources pour leur association. A cet effet,  pour continuer leur œuvre, la 3è édition  est prévue pour fin mai 2017 pour assurer la rentrée 2017-2018. Car, dira Moctar Bamba, le secrétaire général de l’association, « il ne sert à rien de payer une année tout en sachant que l’an prochain, cet enfant restera à la maison faute de moyens. Donc, payez 1000 F CFA pour suivre un concert et contribuez à ce qu’un enfant puisse continuer ses études », a-t-il conclu.

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre