Union Africaine : Minata Samaté et Pascal Bamouni dévoilent leurs intentions

745 0

La diplomate Minata Samaté et le juge Pascal Bamouni sont de retour au pays. Ils ont été présentés l’après-midi du vendredi 3 février 2017 par le chef de la diplomate Alpha Barry et Rita Solange Agnetekoum/Bogoré, ministre déléguée chargée des Burkinabè de l’extérieur, celle-là qui a voté au nom du Burkina lors du renouvellement des instances de l’Union africaine.

C’est dans le jardin du ministère des affaires étrangères, cette maison où l’actuel commissaire en charge des affaires politiques de l’UA « a fait ses armes », qu’elle a été présentée en même temps que l’un des 7 juges du conseil consultatif de l’union sur les questions de corruption.

« Elle va partir. Elle était déjà partie une fois aux Nations Unies. Là, elle repart à l’Union africaine avec un gros poste », s’est réjoui le ministre des affaires étrangères Alpha Barry. Il est aussi revenu sur tout l’arsenal qui a été déployé pour qu’elle soit élue commissaire. « Pour lui permettre de battre campagne indirectement », mais aussi « la présenter à ceux qui pouvaient compter dans cette élection », a confié le ministre Alpha Barry, Minata Samaté, la candidate de la CEDEAO était « pratiquement » de toutes les missions du Président du Faso au cours des derniers mois.

Pascal Bamouni, l’un des 7 juges élus pour siéger au conseil consultatif de l’Union sur les questions de corruption © Burkina24.

L’émotion était encore vive chez l’ancienne ministre déléguée à la coopération sous la transition. Il lui a d’ailleurs fallu un bout de temps pour trouver les mots justes pour s’adresser à ses anciens collaborateurs et autres diplomates étrangers venus la féliciter pour son élection à la tête de ce département qui s’occupe des questions cruciales telles que celles électorales, des droits de l’homme, de la gouvernance, du genre.

« Très souvent, les conflits arrivent après les élections mal menées », a résumé la commissaire chargée des affaires politiques. A l’entendre, l’on se rend compte que Minata Samaté mesure amplement l’immensité de la tâche qui lui incombe à présent. « La tâche est énorme », a-t-elle déclarée.

Mais, à partir du jardin de la maison où elle a fait ses armes, elle prend l’engagement de se battre pour relever ce défi, afin, dit-elle, « qu’il n’y ait plus de réfugiés suite à une élection mal menée, qu’on n’ait plus de violations de droits de l’homme suite à un manque de démocratie et également pour la promotion du genre ». Elle compte pour cela sur les 9 autres commissaires pour faire de l’Afrique un continent « paisible ».

Elu lui aussi pour siéger au Conseil consultatif sur les questions de corruption à l’échelle du continent, le juge Pascal Bamouni a promis également de continuer le combat qu’il a débuté au Burkina contre la corruption. « A présent nous sommes élus. Nous allons apporter notre pierre pour lutter contre la corruption au niveau africain comme nous l’avons déjà fait au niveau du Burkina Faso », a-t-il déclaré.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *