G5 Sahel : Ce que veulent les dirigeants

843 0

Après l’accord tripartite signé le 24 janvier à Niamey dans le cadre de l’Autorité du Liptako-Gourma (ALG), les dirigeants des cinq pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Niger, Mali, Mauritanie et Tchad) se sont retrouvés à Bamako le 06 février 2017 pour parler davantage de sécurité mais aussi de développement et possibilités d’investissement.

« Le G5 n’est pas simplement sécuritaire mais c’est une zone de développement », a relevé le Président Kaboré à son retour du Mali. Bamako, Niamey, Ndjamena, Nouakchott et Ouagadougou ont décidé de commun accord de soumettre  à une table de bailleurs de fonds le programme de développement d’un coût prévisionnel de 7 000 milliards de francs CFA dans environ cinq mois.

L’idée est d’investir dans les infrastructures et l’intégration économique entre les 5 Etats.  Les dirigeants entendent créer une compagnie aérienne à baptiser Air Sahel. Pour que l’intégration soit effective entre les pays de la région, ils ont évoqué la suppression de visa.

Maintenir la paix face à « des gens qui s’en foutent de la paix »

Mais, la rencontre a été plus axée sur la question sécuritaire, la plus urgente du moment. Les dirigeants des 5 pays ont pris la résolution d’assurer des patrouilles conjointes aux frontières entre le Niger et le Tchad, le Mali et la Mauritanie et la frontière qui concerne le Mali, le Niger et le Burkina Faso. « On a demandé que la mise en place de patrouilles conjointes soit faite rapidement en fonction des moyens dont nous disposons pour assurer la sécurité des frontières », a résumé le Président du Faso.

Ils réfléchissent à présent sur le format définitif (nombre notamment) de la force devant lutter contre le terrorisme dans toute la zone concernée par le G5 Sahel mais également contre toutes les organisations criminelles qui pullulent dans la région. Il y a aussi, la question du mandat à prendre en compte pour concilier toutes les forces (Barkhane, Minusma) déjà présentes sur le terrain.

Le Président du Faso déplore que l’action de l’ONU sur le terrain ait « toujours été difficile », parce qu’il s’agit de maintenir la paix avec en face « des gens qui s’en foutent de la paix ». Face à ce goulot d’étranglement, les dirigeants du G5 Sahel demandent à l’ONU de leur fournir les moyens pour que « organisés », ils assument eux-mêmes leur propre sécurité et défense.

Réorientation des missions onusiennes sur le terrain pour plus d’efficacité

En ce qui concerne le rapprochement d’un des bataillons déployés au Mali, le chef de l’Etat a réaffirmé que la question ne souffre d’aucune ambiguïté. Ces hommes pourront-ils engager des combats vu qu’ils sont sous mandat onusien de maintien de la paix ? « Aujourd’hui, la MINUSMA, les pouvoirs ont été  augmentés. Ils ont le droit d’engager des combats », a expliqué le Président Kaboré, qui déplore le manque de moyens conséquents mis à leur disposition pour la cause.

Il a évoqué la proposition d’Idriss Déby Itno alors Président de l’UA avant le passage de témoin à Alpha Kondé, à savoir : « si nous gagnons simplement le dixième de ce qui est dépensé par les forces de maintien de la paix, si on avait ces moyens financiers, nous pourrons assurer nous-mêmes notre mission ».

Quant aux troupes au Darfour, décision a été prise de les ramener « définitivement » courant 2017. En attendant, le Président du Faso propose une réorientation de la mission des Nations Unies à faire sur le terrain pour permettre une meilleure efficacité. 

Oui Koueta

Burkina24

 



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *