Lutte contre le grand banditisme et le terrorisme : Une nouvelle trouvaille de « Kafyka »

1099 0

« Live-scan mobile », l’innovation bientôt dans nos rues pour retrouver les engins volés et les personnes recherchées. Une trentaine de ces dispositifs technologiques révolutionnaires de dernière génération verront leur apparition au « Pays des Hommes intègres » pour la lutte contre le grand banditisme et le terrorisme.

Le groupe « kafyka » est présent sur le marché burkinabè depuis maintenant trois ans. Axé sur la création et l’innovation dans le domaine des nouvelles technologies informatiques et de la communication, l’une de ses actions vise à combattre l’insécurité qui mine nos pays africains.

Le groupe Kafyka est composé de jeunes ambitieux, dynamiques et compétents qui ont fait de la recherche de solutions innovantes à travers les nouvelles technologies, leur cheval de bataille.

Après l’article publié sur la présentation du nouveau logiciel destiné à retrouver les engins volés, Brice Clovis Kaboré et son équipe reviennent avec plus de précision concernant la mise en place d’un test.

“Kafyka-apps”, une toute nouvelle création, est un ensemble d’outils composé d’une application mobile, d’une plateforme web et d’une base de données sécurisée qui permettent de retrouver des engins volés mais aussi des personnes recherchées.

Ces outils permettront la vérification des engins sur place lors des contrôles de routines. Simple, rapide et fiable, ce nouveau produit, est destiné à réduire les désagréments que les citoyens subissent lors des contrôles, tout en accélérant le processus de vérification des engins. L’application Kafyka-apps regorge en fait de nombreuses solutions entre autres retrouver des personnes recherchées, retrouver les engins volés, lutter contre le grand banditisme, le terrorisme, etc.

Les initiateurs projettent présenter le produit très prochainement aux responsables ayant en charge la sécurité. L’objectif est de parvenir à lier un partenariat de test avec l’Etat burkinabè. Pour ce faire, des audiences ont déjà été sollicitées par le groupe à l’échelle de trois grandes structures administratives. Ils espèrent être reçus très prochainement.

Le test permettra de recueillir les divers amendements des premiers utilisateurs qui sont les forces de l’ordre et aussi ceux de toute la population burkinabè. L’objectif est d’être alerté des éventuelles défaillances et imperfections du produit, afin de l’améliorer et de le réajuster à la convenance de tous.

Aperçu de la nouvelle trouvaille du groupe kafyka.

L’autofinancement du test et la gratuité du logiciel pour la phase test s’évaluent en termes de millions. C’est un  énorme sacrifice bien consenti pour la réussite de cette opération qui témoigne du très grand intérêt que le groupe porte à la sécurisation des biens et des personnes. Ne dit-on pas que « de grands accomplissements ont souvent pris naissance par de grands sacrifices ».

Bien qu’aucun moyen financier ne soit imposé à l’État pour cette première phase du test, son suivi et son accompagnement pour la mise en place effective de l’opération, seront par contre d’une grande nécessité et très apprécié. L’opérationnalisation du test couvrira uniquement la zone de Ouagadougou et s’étalera sur une période  minimum d’un mois.

A l’issue de la période de test, s’il y a approbation des autorités et des bénéficiaires, Kafyka espère pouvoir lier un partenariat officiel avec le gouvernement dans la mise en place effective du projet. Grace à cette première expérience qu’elle aura acquise, elle compte dans le moyen terme étendre ses activités aux pays de la sous-région, toujours par le biais de partenariats.

Kafyka entend aussi créer de l’emploi pour la jeunesse. Cet engagement social nécessitera éventuellement un recrutement initial de plus d’une centaine de nos compatriotes burkinabè. Ce nombre est très susceptible d’être doublé voire triplé en fonction des champs d’intervention de l’entreprise. « Le meilleur moyen de prévoir le futur, c’est de le créer », cette pensée du révolutionnaire et entrepreneur Peter F Drucker traduit avec exactitude l’état d’esprit de Kafyka.

Brice Clovis Kaboré est un jeune entrepreneur burkinabè résidant au Canada.

(NB : Le titre est de Burkina 24)

Lire aussi : Brice Clovis Kaboré présente « Kafyka », un logiciel pour traquer les engins volés



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *