Réconciliation nationale : La CODER sollicite conseils et soutien auprès du chef de Boussouma

417 0

La Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) continue sa croisade pour la réconciliation nationale à travers la ronde des personnes ressources. Elle était chez le chef de Boussouma, le jeudi 16 février 2017 à Ouagadougou.

 Rencontrer les autorités coutumières, religieuses et politiques pour présenter la CODER et demander des conseils et des accompagnements,  pour que la réconciliation nationale soit une réalité. C’est la feuille de route que se sont donné ses responsables. Convaincus que le chef de Boussouma apportera un plus dans le sens de l’apaisement, ils lui ont donc rendu visite ce jeudi à son domicile à Ouagadougou.

Le président de la CODER, Gilbert Noël Ouédraogo, après avoir présenté la structure au chef, a souligné à ce dernier « la nécessité de solder le passif politique ». Il a ajouté que cela permettra au Burkina Faso de regarder vers l’avenir. Il a affirmé au chef de Boussouma que « la finalité de ces démarches c’est de pouvoir mettre en commun tout ce que la CODER aura reçu comme suggestions et pouvoir déterminer une démarche consensuelle pour aller à la réconciliation nationale ».

 Gilbert Ouédraogo a ajouté, qu’après toutes ces démarches, « la CODER ira voir le Chef de l’Etat en lui faisant le point des démarches et des avis et qu’à l’issue de cela, il faudrait que le Président du Faso convoque un forum national sur la réconciliation (…) afin que nous ayons une démarche commune adoptée et qu’on ouvre le processus de la réconciliation nationale ».

 Le président sortant Ablassé Ouédraogo a ajouté que  « l’histoire ne s’efface pas et ne s’oublie pas et ce qui est important, c’est qu’il y ait un apaisement des cœurs ».

Le chef de Boussouma a apprécié positivement l’initiative de la CODER. Il a assuré à ses initiateurs sa disponibilité et son soutien pour la bonne marche vers  la réconciliation des cœurs.

Irmine KINDA

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 1 commentaire

  1. Gilbert, continuez ainsi. Ceux qui sont contre la réconciliation sont contre le Burkina Faso et les burkinabè. Une seule main ne peut pas ramasser la farine. Nous sommes tous des filles et des fils de ce pays et personne, y compris Salif Diallo ne peut s’arroger le droit de décider tout seul la pensée unique. Le Président de l’Assemblée Nationale ne peut pas à lui seul incarner les burkinabè. Qu’il cesse toute cette arrogance et cette violence qu’on lui reconnaît habituellement. Ce sont les mêmes qui ont poussé Blaise Compaoré à la radicalisation dans les années 1998 avec les crimes crapuleux qui ont été enregistrés. Je ne cesserai de dénoncer ces comportements va-t-en guerre de ces partisans de la pensée unique erronée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre