Dengue au Burkina : La riposte en réflexion

289 0

Du 23 au 25 février 2017 à Ouagadougou, un panel d’experts s’entretiennent sur l’organisation de la surveillance et la riposte de la dengue au Burkina Faso. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que 3,9 milliards d’individus vivant dans 128 pays sont « exposés » au virus de la dengue actuellement. Au Burkina Faso, à la date du 21 février 2017, c’est 2 680 cas suspects qui ont été notifiés sur le territoire national avec 20 cas de décès enregistrés.

Le  nouveau ministre de la santé, Nicolas Méda déclare qu’« il faut en tirer des leçons pour bâtir pour demain une stratégie qui permettra de ne plus revivre ce qui a été vécu en 2016 au Burkina Faso ». C’est dans ce cadre qu’un panel d’experts sur l’organisation de la surveillance et la riposte à la dengue au Burkina Faso est organisé du 23 au 25 février à Ouagadougou.

Nicolas Méda, ministre de la santé

Cette présente rencontre va réunir des professionnels et des experts venant de plusieurs horizons, avec comme objectif de contribuer à capitaliser les meilleures pratiques et les leçons apprises sur la lutte contre la dengue en vue de permettre au Burkina Faso de mettre en place un dispositif fonctionnel de la surveillance et de la riposte de cette maladie.

La problématique de la lutte contre les arboviroses et le cas particulier de la dengue, le système de surveillance et la lutte anti-vectorielle, la prise en charge, le profil et les pratiques socioculturelles des populations et la coordination des parties prenantes, telles sont les thématiques qui seront débattues durant ces trois jours de travaux.

Les recommandations de ce panel permettront de corriger les insuffisances dans la surveillance et la riposte de la dengue au Burkina Faso. Le ministre de la santé révèle que « aujourd’hui, il y a un vaccin contre la dengue ». L’ambassadeur des Etats-Unis au Burkina Faso, Andrew Young, confirme que le gouvernement américain s’engage à soutenir le Burkina Faso afin de renforcer les capacités de prévention et de détection des maladies infectieuses.

En rappel, la dengue est une maladie transmise par un moustique du nom de Aedes aegypti qui a la particularité de piquer pendant la journée. Il est aussi appelé moustique “tigre” à cause de sa silhouette noire à rayures blanches. Présent depuis des années en Asie,  en Amérique, dans l’Océan Indien et  en Afrique, il s’est installé, depuis 2004, dans le sud-est de la France. Au Burkina Faso, la première épidémie de dengue se serait déclarée en 1925.

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

COMMUNIQUE RGPH

Posté par - 10 décembre 2019 0
Le dénombrement de la population dans le cadre du cinquième Recensement général de la population et de l’habitation (5e RGPH)…