Jean Claude Bouda, ministre de la défense: « Tout le monde a les yeux rivés sur nous »

686 0

Cela faisait maintenant six ans que le poste de ministre de la défense était cumulé au poste de Président du Faso par les locataires de Kossyam. La tradition a pris fin ce jeudi 23 février 2017 par l’installation du ministre Jean Claude Bouda nommé il y a trois jours en conseil des ministres par décret présidentiel. Comme son prédécesseur le Président du Faso et chef suprême des armées, il promet que la terreur changera de camp bientôt.

Jean Claude Bouda prend les rênes du ministère de la défense nationale et des anciens combattants une semaine après le premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de la défense de l’année au cours duquel, les chefs d’état-major et les officiers généraux se sont appropriés le plan stratégique 2017-2021 pour la réforme des forces armées nationales.

Au premier plan, le ministre de la défense Jean Claude Bouda.

Il évoluera à présent dans cet environnement qui selon ses propres termes ne lui est « pas familier » et qu’il espère ne lui sera « pas hostile ». En effet, revenant sur le décret de nomination, le ministre Bouda a commencé par dire qu’« il y a de cela de cela quatre jours soit le 20 février 2017 qu’il  a plu au Président du Faso de me confier le département de la jeunesse et de la… » avant de  se rétracter et de continuer avec son discours.

« Le Burkina n’a jamais plié et qui ne pliera jamais l’échine devant n’importe quelle situation »

Face à la hiérarchie militaire, il a indiqué qu’il est temps pour toute l’équipe de se mettre « immédiatement » au travail pour traduire avec célérité sur le terrain les mesures gouvernementales pour répondre aux « profondes aspirations du peuple burkinabè essentiellement cristallisées autour des questions sécuritaires, de défense du territoire face au terrorisme ». Il a relevé relever qu’il y va de la mise en œuvre réussie du PNDES qui est tributaire des conditions sociales de stabilité, gage de sérénité des investisseurs privés étrangers.

Avec de tels enjeux et défis en face, le ministre invite ses nouveaux collaborateurs à faire preuve de clairvoyance. « La tâche ne sera pas du tout facile, car tout le monde a les yeux rivés sur nous, notre capacité à faire face aux défis actuels et surtout à donner espoir à nos populations, qui pour certaines vivent malheureusement dans la peur », a souligné Jean Claude Bouda. Mais l’homme dit croire en l’armée faite d’hommes valeureux, engagés et déterminés à ne pas plier l’échine.

Faisant un rappel de l’histoire de la Haute Volta devenue Burkina Faso, il a invité les forces armées nationales à chercher l’excellence à tout prix, à donner le « bon » exemple pour contribuer à renforcer la conviction « léguée » par Yennenga, les indépendantistes et les révolutionnaires. C’est-à-dire que « le Burkina est un pays qui n’a jamais plié et qui ne pliera jamais l’échine devant n’importe quelle situation ».

Et comme son prédécesseur, le Président du Faso et chef suprême des armées, Jean Claude Bouda a déclaré que tous les moyens seront mis à leur disposition, pour que le terrorisme ne vienne pas plomber les efforts de développement au moment où le gouvernement opérationnalise le Plan national de développement économique et social. « Nous n’avons pas peur. Les terroristes seront terrorisés », promet le nouveau ministre de la défense.

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre