Voussongo, le premier centre de sevrage tabagique d’Afrique de l’Ouest

142 0

Un nouveau joyau a été présenté à la population du Burkina Faso, en particulier les fumeurs désirant arrêter de fumer. C’est un centre de sevrage tabagique, le tout premier de l’Afrique de l’Ouest. Il a été inauguré ce vendredi 24 février 2017 à Ouagadougou.

Vous cherchez des voies et moyens pour quitter l’addiction à la drogue ? Le centre de sevrage tabagique « Voussongo » vous ouvre ses portes. Ce centre sera le lieu pour le dépistage de la dépendance tabagique, l’assurance de traitement selon les thérapies comportementales et cognitives associées ou non aux substituts nicotines et autres médicaments du sevrage. Il y aura également le dépistage et la prise en charge de certaines pathologies liées au tabagisme.

Tous s’accordent sur les conséquences néfastes du tabac, sur son emprise sur les jeunes et surtout les enfants. En effet, le tabac est responsable de plus de 6 millions de décès par an dans le monde dont 600 000 fumeurs passifs. Le tabagisme a de plus en plus un visage jeune et au Burkina, 27,9% des élèves de 13 à 15 ans consomment du tabac. Ce constat a été tiré du rapport 2012 du bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.

Délivrer des milliers de personnes de l’emprise du tabac

Le représentant du ministre de la Santé, Jean Claude Marie Lucien Kargougou a nourri un sentiment de joie et a salué le partenariat du Burkina et de la France à travers  « Expertise France » qui a intégralement financé la réfection du bâtiment abritant « Voussongo » jusqu’à sa mise en œuvre. Il reste convaincu que cette unité contribuera à délivrer des milliers de personnes de l’emprise du tabac.

Pour le Directeur général adjoint de « Expertise France », Thomas Chollet, cette œuvre entre dans le cadre de la mission de  « Expertise  France » à savoir « répondre aux sollicitations des pays partenaires ». La lutte contre le tabac fait partie des priorités de santé publique, a-t-il souligné. C’est donc tout naturel pour lui que « Expertise France » mette à la disposition du Burkina, l’expertise publique française.

Thomas Chollet a rappelé que le seul objectif de cette unité n’est pas de venir en aide aux personnes qui veulent arrêter de fumer, mais « que c’est aussi dans le but de faire passer des messages de sensibilisation sur la consommation du tabac pour que les gens qui n’ont jamais fumé ne commencent pas à le faire ».  

Quant à la représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Burkina, Dr Alimata J. Diarra-Nama, elle a affirmé que cette unité est une étape importante et décisive de la lutte contre le tabac. Elle a conclu son propos en disant que son organisation ne ménagerait aucun effort pour appuyer cette unité.

« Vivre sans tabac est possible et le CHUYO rend cet objectif possible »

Le directeur du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHUYO), Robert Sangaré, a saisi l’occasion pour remercier le ministère de la santé et  « Expertise France » d’avoir permis l’existence de ce centre d’aide au sevrage tabagique. « Vivre sans tabac est possible et le CHUYO rend désormais cet objectif possible (…). Venez vous délivrer du tabagisme nocif », a-t-il terminé. 

Il est à noter que les activités de Voussongo démarreront après la mise en place effective du comité de coordination et de suivi de l’unité, la formation des membres de l’équipe et la disponibilité des équipements et matériels médico-techniques.

Irmine KINDA

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *