Le projet « une lampe pour l’Afrique » éclaire les élèves du Plateau central

702 0

Dans le cadre du suivi de leurs activités, les responsables du projet « une lampe pour l’Afrique » ont organisé une visite de terrain dans le chef lieu de la région du plateau central ce vendredi 24 février 2017. Cette sortie a concerné les écoles Gondogo et de l’amitié de Guillougou, dans la commune de Ziniaré.

Le projet « une lampe pour l’Afrique » poursuit comme objectif de doter les élèves des écoles primaires en kits solaires afin de leur permettre d’étudier la nuit et d’améliorer leur rendement. Mis en place depuis 2011, la 4e phase couvre la période 2017-2018. « C’est plus de 300.000 lampes offertes avec plus de 2000 écoles dotées » a déclaré la coordonnatrice du projet, Sanata Sawadogo/Congo.

Ainsi, l’objet de cette visite est de permettre au comité de pilotage du projet de constater de visu ce qui ce passe à l’école et ce que les élèves font avec les lampes solaires. Et surtout l’impact des lampes pour les élèves et des parents d’élèves. C’est une  des recommandations du comité de pilotage qui exige, au moins une fois dans l’année, d’effectuer une visite de  contrôle sur le terrain, a affirmé la coordonnatrice du projet .

Sanata Sawadogo,coordonnatrice du projet une lampe pour l’Afrique

Pour elle, les perspectives c’est de permettre à toutes les écoles d’avoir des lampes solaires parce que c’est une nécessité. Avant l’arrivée des lampes, les élèves étudiaient avec des lampes torches à piles.

La Chine Taiwan soutient ce projet. « C’est dans le souci d’aider des élèves à bénéficier des conditions meilleures d’études et de mettre en valeur tout ce que la Chine Taiwan a comme connaissance dans l’énergie solaire », a confié le chargé du suivi du projet au niveau de la coopération taïwanaise, Ibrahim Ouattara. Il ajoute que  le coût global de ce projet depuis 2011 est évalué à «plus de 11 millions d’Euros ».

Les enseignants ont tous salué la venue des lampes solaires qui permettent aux élèves d’étudier les soirs. Les élèves s’organisent ainsi dans des clubs d’études surveillés pour étudier avec les lampes les soirs. « Ces lampes solaires nous ont permis d’améliorer le rendement des élèves », a laissé entendre le directeur de l’école Gondogo, Benjamin Nacoulma.

Benjamin Nacoulma, directeur de l’école Gondogo,

A l’école de l’amitié de Guillougou, c’est 235 lampes solaires qui ont été reçues cette année. Emmanuel Béyi, directeur de l’école de l’amitié, confirme que « ces lampes solaires présentent beaucoup d’avantages pour nos élèves ». Il ajoute qu’« avec l’acquisition de ces lampes,  le taux de succès est passé de 40 à 73% au niveau de la lecture ».

Pour Daniel Konsiebo, un parent d’élève, « depuis l’acquisition de ces lampe, mon enfant, qui avait 7 de moyenne,  se retrouve avec presque 9 ». Les autorités coutumières, religieuses et les parents d’élèves ont tous salué la venue de ce projet.

Cette visite sur le terrain a été organisée par le comité de pilotage du projet une lampe, le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA) et le réseau des journalistes et communicateurs pour l’éducation, l’eau, genre et développement au Burkina Faso.

Jules César KABORE

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *