FESPACO 2017 : Apolline Traoré jette un regard sous les “Frontières”

620 0

« Frontières », l’un des  films burkinabè en compétition à la 25e édition du FESPACO a ouvert ce 26 février 2017, la série de projections des films en compétition.  Dans « Frontières », Apolline Traoré lève le voile sur la condition de la femme et l’intégration sous-régionale. Le film a connu la présence du chef du gouvernement, du ministre de la culture et des autorités du FESPACO.

Apolline Traoré lève le voile sur l’intégration sous-régionale tant prônée par les gouvernants. Elle met le doigt sur les tracasseries auxquelles font face les usagers de la route d’un pays  à un autre.

Sensible à la cause des femmes, elle leur rend aussi hommage en montrant les obstacles  auxquels font face les femmes commerçantes. Quatre femmes, incarnées par des actrices de différents pays,  notamment Amélie Mbaye, Naky Sy Savané, Adizatou Sidi et Unwanna Udobang, font connaissance dans les péripéties d’un voyage vers le Nigeria. Elles deviennent amies, complices et se défendent contre vents et marées pour atteindre leur but.

Apolline Traoré, réalisatrice burkinabè

«Il y a des textes qui couvrent et protègent ces femmes qui traversent ces frontières, elles bravent les dangers pour leurs lendemains meilleurs », dit la réalisatrice. 

Tracasseries policières, viol, vol, accident, fraude, corruption, sont le lot de ces femmes qui prennent la route. Apolline traîne sa caméra aux frontières de six pays : le Mali, le Sénégal, le Bénin, le Nigéria, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire. Le mal qu’elle filme est le même.

Elle arrive à la conclusion que les textes sur la libre circulation des hommes et des biens dans l’espace CEDEAO sont légion, mais la réalité sur le terrain est tout autre. Le Premier ministre Paul Kaba Thièba, présent lors de la projection,  se sent interpellé. «C’est intolérable et en tant que chef de gouvernement, je ne manquerai pas de prendre des mesures, de travailler à arrêter cela », a-t-il laissé entendre.

Outre ces aspects, la réalisatrice dans la mise en scène lève le pied pour montrer aussi de beaux paysages et de belles images de la nature de nuit comme de jour.

« Frontières » est un film plein de rebondissements que propose Apolline Traoré qui a été bien accueilli.  A noter que pour sa deuxième séance de la journée, le Ciné Burkina n’a pu contenir les cinéphiles.

Revelyn SOME

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *