Burkina: L’Union européenne soutient les tisseuses

752 0

A l’occasion de sa visite officielle au Burkina Faso, Stefano Manservisi, le Directeur général pour la Coopération internationale et le développement à la Commission européenne a été reçu en audience chez le Président du Faso et a visité des projets financés par son organisation ce lundi 27 février 2017.

Dans la matinée de ce lundi 27 février, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience Stefano Manservisi, Directeur général pour la Coopération internationale et le développement à la Commission européenne. A sa sortie d’audience, ce dernier a déclaré qu’il est venu au Burkina Faso pour soutenir le FESPACO.

Il a fait savoir qu’il travaille pour relancer la coopération avec le Burkina Faso, avec la culture comme « facteur de création d’emplois et de cohésion sociale ». A cet effet, plusieurs rencontres avec les différents acteurs culturels du pays ont été initiées. Il a saisi l’occasion pour faire l’état des lieux de la mise en œuvre de la coopération entre l’Union européenne et le Burkina Faso.

Stefano Manservisi, a été reçu en audience

Ce point selon lui, s’inscrit dans le cadre de la Conférence des donateurs pour la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). Il a ainsi rappelé que l’Union européenne a promis un « effort de 800 millions d’euros, tous instruments confondus ».

Après la présidence du Faso, le cap a été mis sur les différents projets financés par l’Union européenne notamment le centre de Ponsomtenga et de Pissy dans le domaine du tissage. Stefano Manservisi a inauguré un espace de travail pour le centre de tissage de l’association des femmes tisseuses de Ponsomtenga.

Ce centre évolue dans les activités du textile, notamment le tissage. Des pagnes, rideaux, tissus d’ameublements, accessoires vestimentaires et décoratifs fabriqués à base du tissu traditionnel y sont également vendus. Ce projet est financé par l’Union européenne en collaboration avec l’initiative du projet Mode Ethique du centre de commerce international.

Inauguration d’un espace de travail du  centre de Ponsomtenga

Pour Haram Sidibé, coordonnatrice Mali-Burkina Faso du projet de mode Ethique du centre de commerce international, explique que « le centre de commerce international est une agence de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et des Nations Unies en charge d’assister les petites et micro-entreprises des pays en voie de développement avec le marché international». Elle ajoute que ce centre a pour objectif de mettre en lien les artisans locaux avec les stylistes et les maisons de mode de la haute couture internationale.

Composé de 50 femmes, ce centre est un partenaire de Mode éthique financé par l’Union européenne. « On a mis toutes les entreprises du Burkina Faso et du Mali dans un consortium du centre du commerce international pour pouvoir faire un contrôle qualité et gérer les commandes à l’international»,  a-telle ajouté.

Stefano Manservisi estime que « c’est un projet formidable parce qu’il crée des produits qui sont prisés par la mode internationale ». Quant à Haram Sidibé, elle souhaite multiplier ces centres d’artisans dans toutes les régions du Burkina Faso dans le but de « professionnaliser le métier ». Elle précise qu’« il y a une créativité infinie qui intéresse la mode internationale».

Stefano Manservisi  visitant le centre l’association Zoodo

Après la visite au centre de tissage de l’association des femmes de Ponsomtenga, la délégation de l’Union européenne a également arpenté le centre de l’association Zoodo pour la promotion de la femme à Pissy. Cette association est spécialisée dans la teinture naturelle appliquée sur le coton biologique, filé traditionnellement ou industriellement.

En rappel, Le GIE CABES est un Groupement d’intérêt économique « Commerce et artisanat pour le bien être social” qui est composé d’entreprises individuelles et collectives d’artisans dans le secteur du textile au Burkina Faso  et au Mali. Cette structure vise à créer une chaîne d’approvisionnement conforme aux normes internationales. Le projet de mode éthique a 34 maisons de mode internationale et des réseaux de distribution.

Jules César KABORE

Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *