De la lutte traditionnelle pour égailler le village de Tanlargin (Saaba)

1076 0

Le chef coutumier du village de Tarbtenga Naba Tanga a organisé le dimanche 26 février 2017, son “doua” annuel. Cette fête traditionnelle de ce village situé à environ 15 km de Ouagadougou dans la commune de Saaba, a été marquée par des compétitions de lutte traditionnelle remportées par Blaise Débé chez les hommes et Yvette Zié chez les dames.

Le fair-play a prévalu durant toute la compétition

La Ligue du centre de lutte profite des fêtes de réjouissances traditionnelles pour faire la promotion de la discipline au Burkina. Dans ce sens, elle a profité du “doua” annuel du village de Tanlargin dans la commune de Saaba à une quinzaine de km de Ouagadougou pour se rapprocher du public. Cette compétition de lutte a mis aux prises quatre lutteurs chez les hommes et quatre également chez les dames.

Chez les filles, les combats se sont disputés sous la forme d’un championnat. Yvette Zié de la police nationale a remporté ses trois combats face à Viviane Kaba (2e), Elisabeth Coulibaly (3e) et Aguiratou Toé (4e). Le combat entre Yvette Zié fut épique. Il a fallu un deuxième combat d’une minute pendant lequel Yvette Zié s’est imposée profitant d’une mauvaise contre-attaque de son adversaire.

Chez les dames, Yvette Zié a survolé la compétition

Chez les hommes, Blaise Débé a imposé sa puissance physique, à ses principaux concurrents et sa maîtrise technique. Après une victoire difficile face à Toé Timothée  où ils ont été départagés par les trois juges par deux voix contre une, Blaise Dédé finit par battre Charles Toé sur une erreur de ce dernier.

« Il voulait forcer l’action. D’habitude, quand je lutte, je n’aime pas qu’on touche ma jambe gauche. Il a voulu forcer parce qu’il voulait me faire tomber. S’il avait patienté, je serai sorti hors de la zone et j’aurai écopé d’un avertissement », explique Débé.

Léonard Tiendrébéogo tient à une deuxième édition de cette compétition de lutte

Selon le président de la Ligue du centre de la fédération burkinabè de lutte, il a profité de cette activité coutumière « pour créer de l’engouement à la base ». Le message est passé de son point de vue, tout en jugeant le niveau de la compétition élevé; Compte tenu du succès de la compétition, une deuxième édition est prévue.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *