8-Mars 2017 : Sous la bannière de la lutte contre l’exclusion sociale des femmes

345 0

Le Burkina Faso, à l’instar du reste du monde, célèbre ce mercredi 8 mars 2017, l’autre moitié du ciel.  La cérémonie de commémoration de la 160ème journée internationale de la femme a été présidée par l’épouse du Président du Faso, Sika Kaboré. Elle a exhorté les autorités à s’approprier le thème « la valeur morale de la personne humaine : responsabilité des communautés  dans la lutte contre l’exclusion sociale des femmes » et à s’engager contre l’exclusion sociale des femmes. 

« La valeur morale de la personne humaine : responsabilité des communautés  dans la lutte contre l’exclusion sociale des femmes ». C’est le thème national de la 160ème de la journée internationale de la femme. Cette journée est consacrée aux réflexions sur les causes de l’exclusion sociale des femmes. Laure Zongo/Hien, ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille voit en ce thème, une interpellation sur les mesures et actions à mettre en œuvre en vue de réduire, voire éradiquer l’exclusion des femmes.

« Au Burkina Faso, dans différentes localités, des personnes âgées sont chassées de leur foyer et/ou de leurs familles et bannies de leurs communautés, accusées d’être des sorcières ou des « mangeuses d’âmes» en cas de décès d’un membre de leur communauté », a-telle ajouté. Le 17 décembre 2016, 926 personnes pour la plupart des femmes exclues sociales ont été enregistrées dans 13 centres d’accueil, a-t-elle précisé.

En plus de ces cas en lien avec l’exclusion par allégation de sorcellerie, il existe les cas des filles en difficulté, bannies ou chassées pour avoir pris une grossesse ou pour avoir refusé un mariage forcé ou pour refus du lévirat. L’épouse du Président Roch Kaboré s’engage à soutenir toute action visant à améliorer les conditions de vie et d’existence des femmes au Burkina Faso.

Félicitant les autorités pour les actions déjà entreprises pour lutter contre l’exclusion sociale des femmes, Sika Bella Kaboré les a exhortées à une forte adhésion pour lutter contre toutes les formes du phénomène. Elle note également des défis à relever pour le respect de la valeur morale de la personne humaine, qui est une responsabilité collective.

Les représentantes des femmes, du maire de Ouagadougou, des parrains et des partenaires techniques et financiers ont tous salué le choix du thème. 

Jules César KABORE

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre