Procès Gbagbo et Blé Goudé: Premier jour de comparution pour l’ancien commandant de la gendarmerie nationale

673 0

Le Général Kassaraté Tiapé Edouard, ancien commandant de la gendarmerie nationale ivoirienne a comparu ce mercredi 08 mars 2017 à la Cour Pénale Internationale, CPI, en qualité de témoin (P11) de l’accusation dans l’affaire Laurent Gbagbo et Blé Goudé contre le procureur de ladite juridiction. Il s’est engagé à ne dire que la vérité pendant sa déposition.

Ancien commandant de la gendarmerie nationale ivoirienne au plus fort du régime de l’ex-président Laurent Gbagbo, le général Kassaraté Tiapé Edouard est depuis quelques années l’ambassadeur ivoirien auprès des Républiques sénégalaise, gambienne et mauritanienne.

Au cours de sa première comparution en qualité de témoin de la crise post-électorale ivoirienne (2010-2011), il a juré dire «la vérité, toute la vérité, rien que la vérité» devant le tribunal international.

Vêtu d’un costume bleu foncé assorti d’une cravate bleue, c’est avec l’air plutôt décontracté que le Général Kassaraté s’est prêté aux questions préliminaires successives du juge-président Cuno Tarfusser et du bureau du procureur.

L’interrogatoire du juge a essentiellement porté sur l’identité du témoin et les consignes de la Cour à M. Kassaraté. « On vous a commis d’office un avocat. Il va vous donner les conseils nécessaires en cas d’auto-incrimination. La chambre vous garantit que votre témoignage ne sera pas utilisé contre vous pendant des poursuites ultérieures. Vous avez été convoqué pour aider la chambre dans sa quête de vérité», a indiqué le juge.

Répondant par la suite, aux questions préliminaires de l’équipe du procureur Fatou Bensouda, l’ancien patron de la gendarmerie ivoirienne ( 2005-2011) a informé qu’avant cette fonction, il fut commandant militaire du palais présidentiel entre 2000 et 2005 cumulant cette fonction avec celle d’officier de liaison avec l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) jusqu’en 2007.

En ce qui concerne sa formation, le général de corps d’armée dit être titulaire d’une licence es-lettres obtenue à Toulon en France et a ajouté avoir effectué des formations d’officiers dans plusieurs institutions militaires françaises dont Saint Cyr.

L’interrogatoire proprement dit de M. Kassaraté, portant sur les questions de fond, débutera jeudi avec le bureau du procureur à qui le juge a donné 48 heures pour auditionner le témoin. Cette injonction du juge-président n’a pas été de la convenance de l’équipe de Fatou Bensouda qui a estimé ne pas pouvoir terminer l’interrogatoire du Général Kassaraté en deux jours eu égard à l’importance du témoignage de celui-ci.

« Il est impossible de finir l’interrogatoire de ce témoin vendredi. Car il y a trop de sujets importants à aborder avec lui», a soutenu le substitut du procureur, Éric MC Donald. Avant le général Kassaraté Tiapé, le général Brédou M’Bia, ancien directeur général de la police nationale ivoirienne au moment des faits, avait déposé près d’une semaine devant la Cour.

L’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et son ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé, sont jugés devant la CPI, à la Haye pour, notamment, crime contre l’humanité commis pendant la crise postélectorale ivoirienne de décembre 2010 à avril 2011.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *