Tribune – “Encouragement à la Radio Télévision du Burkina (RTB)”

1310 0

Dans cette Tribune, un téléspectateur félicite les innovations et les efforts consentis au sein de la RTB Télé depuis l’avènement de l’insurrection populaire d’octobre 2014.

 Lorsqu’il s’est agi de se plaindre de cette structure, de son instrumentalisation, de son manque de dynamisme, etc. il y avait foule. Aujourd’hui qu’il y a du mieux, je ne vois pas grand-chose passer à son sujet.

C’est pourquoi j’aimerais prendre un moment pour féliciter la Direction et le personnel de la Radio Télévision du Burkina. En effet, force est de constater, à mes yeux, faut-il le préciser, que s’il ne faut citer qu’une structure publique du Burkina Faso qui a su profiter de l’insurrection populaire d’Octobre dernier pour faire sa révolution et amorcer un changement vertueux, c’est bien notre RTB.

Malheureusement, je n’écoute pas sa section radiophonique mais je tiens à dire bravo et merci à sa nouvelle équipe dirigeante et à son personnel télévisuels qui nous proposent d’excellents reportages dans les éditions des Journaux Télévisés nationaux de 13h15 et 20h00, et régional de 19h00, car ils nous informent sur des sujets d’actualité qui touchent directement notre société, et aussi plusieurs émissions de débats telles que « Débat de presse » et « Controverse », de découverte de personnalités telle que « Sur la brèche », d’échange avec nos dirigeants telles que « Dialogue citoyen » et « Dialogue avec le gouvernement ».

Tout ceci contribuant à nourrir notre connaissance sur tout ce qui touche notre pays.

J’ai aussi apprécié l’idée de faire des portraits de Burkinabè inspirants et de nous montrer la réalité et les projets de plusieurs compatriotes à travers l’émission « Sur la route de Kaya » avant la célébration du 11 Décembre 2016 dans cette ville. J’ai notamment eu la bonne surprise de découvrir le promoteur du « Musée de l’eau ». J’espère qu’en 2017 la RTB nous proposera « Sur la route de Gaoua ».

Je les félicite par exemple de l’initiative qu’ils ont eue d’aller interroger les derniers acteurs syndicaux connus qui ont participé à l’avènement du Soulèvement Populaire de Janvier 1966.

A nous la jeune génération à qui on n’enseigne pas grand-chose sur notre histoire, à part des dates à connaitre, ils nous ont permis d’apprendre réellement que nous sommes loin d’être les premiers à avoir participé à une révolte populaire, à ce qui a mené à l’avènement de cet évènement historique de notre pays. Peut-être que cette leçon, conjuguée à ce qui s’est passé en Octobre 2014 et Septembre 2015 aidera notre génération à faire ce qu’il faut pour éviter à notre nation de tels soubresauts à l’avenir… Les mêmes causes produisant les mêmes effets…

Je les félicite aussi d’avoir eu l’idée de faire une série de reportages à l’occasion du Fespaco, traitant de la réalité du cinéma populaire au Burkina Faso.

C’est ainsi qu’ils nous ont permis de nous rendre compte que les salles de cinéma populaires ont presqu’entièrement disparu de notre paysage… Je me rappelle des « Cinéma Rialé » et «Cinéma Oubri » qui étaient près du marché « Rood Woko » à Ouagadougou et qui ont effectivement été laissés à l’abandon jusqu’à disparaitre aujourd’hui.

C’est vrai, qu’aujourd’hui, le cinéma populaire est mort au Burkina Faso. Personnellement, je ne m’en étais pas rendu compte.

Je les félicite aussi pour la série de débats « FESPACO 2017 » qui nous a permis d’apprendre la réalité du cinéma et de ses actrices et acteurs dans notre pays et ailleurs sur le continent.

J’apprécie aussi le fait que la plupart des émissions diffusées par la RTB ont des génériques dont les sonorités sont bien de chez nous: balafon, djembé, etc.

C’est un exemple que leurs concurrents devraient suivre car nous regorgeons d’artistes prêts à leur fournir des génériques authentiques et agréables à écouter. C’est aussi un geste patriotique qui contribue à donner des revenus à des burkinabè. Cela va s’en dire qu’en procédant ainsi on évite l’erreur de vouloir imiter quelque chose qui ne nous ressemble pas.

Pour terminer, faisant partie de la diaspora burkinabè, je tiens à les féliciter publiquement pour l’effort que la RTB met pour assurer la retransmission en direct via le web de ses contenus et nous fournir des videocasts via leur compte YouTube des JT de 13h15, 19h00 et 20h00, des flash info, du magazine des sports et de toutes ces émissions que j’ai citées précédemment, quotidiennement.

Toute personne qui souhaite savoir ce qui se passe au Burkina Faso, n’a qu’à se rendre sur le compte YouTube de la RTB pour avoir un contenu à jour et fourni. Aussi, il faut ajouter que la RTB est accessible à son public via Facebook. Il suffit de leur écrire en « Inbox » pour recevoir une réponse rapide de leur part.

De tous les organes de média télévisuels du Burkina, qu’ils soient publics ou privés, encore une fois, je ne “consomme” que les services télévisuels, la RTB est le seul, qui reste constant dans l’effort mis pour rendre accessibles ses émissions et pour se rendre accessible partout dans le monde.

Bravo à vous Direction, Rédaction et Agent-e-s, de la Radio Télévision du Burkina (RTB) et je souhaite qu’il vous soit accordé tous les moyens, outils et conditions nécessaires pour travailleur et faire encore mieux. Pour ma part, vous avez prouvé par les actes, que vous méritez que l’on investisse en vous.

Un téléspectateur et webspectateur ravi de vos services.

P.S : mention spéciale à nos autorités qui respectent nos lois et qui « laissent » notre RTB travailler dans la liberté et en toute sérénité. Je n’ai pas chronométré, mais je constate qu’il n’y a pas de préférence de camp dans la diffusion des reportages politiques dans notre pays. Cela fait du bien.

Un téléspectateur anonyme



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *