Afrique du Sud: Mort d’Ahmed Kathrada à 87 ans

468 0

L’ancien activiste sud-africain anti-apartheid Ahmed Kathrada est décédé ce mardi 28 mars 2017 à l’âge de 87 ans, après des complications à la suite d’une intervention chirurgicale, a annoncé sa fondation sur Twitter. Ahmed Kathrada est considéré comme l’un des compagnons de lutte les plus proches de Nelson Mandela avec qui il avait été condamné à la prison à vie.

La Fondation Ahmed Kathrada a confirmé dans les premières heures de ce mardi 28 mars que le politicien et militant anti-apartheid est décédé à l’hôpital Donald Gordon à Johannesburg, Afrique du Sud.

“C’est une grande perte pour l’ANC, pour le mouvement de libération élargi et pour l’Afrique du Sud dans son ensemble. À l’échelle internationale, il était ferme dans son soutien à la lutte palestinienne…’Kathy’ a été une source d’inspiration pour des millions de personnes dans différentes parties du monde”, a indiqué sa fondation.

“Nous sommes profondément attristés d’apprendre ce matin de la transmission de notre cher ami et fondateur fiduciaire, Ahmed Kathrada… Hamba Kahle [adieu] Kathy.”, a déclaré la fondation Nelson Mandela sur Twitter.

Kathrada, qui a consacré sa vie à lutter contre l’injustice raciale de la minorité blanche, était également l’un des plus hauts dirigeants du Congrès national africain (ANC). Il critiquait avec virulence la gestion du président Jacob Zuma pour les scandales de corruption et de mauvaise gouvernance.

En 2017, Kathrada écrivait une lettre ouverte demandant à Jacob Zuma de démissionner après le scandale de l’argent des contribuables utilisé pour l’aménagement de sa maison de Nkandla.

«Je ne suis pas un analyste politique, mais je me pose finalement cette question:« Cher camarade président, ne pensez-vous pas que votre passage à la présidence de l’Afrique du Sud ne servira qu’à renforcer la crise de confiance entre le gouvernement et le peuple? s’est interrogé Kathrada.

Desmond Tutu, l’ancien archevêque du Cap, dans un bref communiqué publié sur Facebook a posté: “Que Ahmed repose en paix et remonte en gloire. Qu’il se réjouisse dans de nombreuses tasses célestes de chocolat chaud avec ses vieux amis et camarades dont Mandela, Sisulu, Mbeki, Motsoaledi et Mahlaba.”

Affectueusement connue sous le nom de «Oncle Kathy», Ahmed Kathrada avait été hospitalisé à Johannesburg, début mars, après la chirurgie pour soulager la coagulation du sang sur le cerveau.

Le lundi 27 mars dernier, soit la veille de son décès, sa Fondation avait déclaré que son état s’était détérioré rapidement avec une “grave” pneumonie ayant affecté ses deux poumons.

Né de parents indiens immigrants dans la petite ville de Schweizer-Reneke dans la province du Nord-Ouest juste avant la Grande Dépression en 1929, Kathrada est entré en politique à l’âge de 12 ans lorsqu’il a distribué des tracts pour la Jeune Union Communiste d’Afrique du Sud.

Après des décennies d’activisme, Kathrada ainsi que sept autres personnalités de l’ANC comme Mandela, Walter Sisulu et Govan Mbeki avait été condamné à la réclusion à perpétuité et au travail forcé en 1964,

Incarcéré à l’âge de 34 ans, Kathrada a passé les 18 années à la section de sécurité maximale de l’île Robben, la prison la plus dure de l’apartheid, situé à quelques kilomètres au large de la ville du Cap.

Il a été transféré à la prison de Pollsmoor en 1982 et a été libéré le 15 octobre 1989 à l’âge de 60 ans, après avoir passé un peu plus de 26 ans en prison pour ses activités anti-apartheid.

Après sa libération, Kathrada a été député et a épousé Barbara Hogan, militante anti-apartheid, condamnée elle-même à 10 ans de prison pour haute trahison contre le gouvernement d’apartheid en 1982.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24                                                                                                

Source: Telegraph UK



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *