Migration : Des journalistes burkinabè à l’école des bonnes pratiques médiatiques

314 0

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM Burkina Faso) organise à Ouagadougou un atelier sur les bonnes pratiques médiatiques en matière de migration du 28 au 29 mars 2017. La formation entre dans le cadre du projet « Protection des migrants vulnérables en Afrique de l’Ouest et du Centre » financé par le Bureau américain des populations, réfugiés et migrants (PRM).

Depuis 2015, le Bureau pays de l’OIM Burkina Faso a assisté environ 1.350 migrants de la Libye à travers son programme d’aide au retour volontaire et à la réintégration.

Il faut savoir que plusieurs départements ministériels assurent la gestion de la migration au Burkina Faso au même titre que les organisations internationales telles l’OIM ayant le mandat onusien pour les questions migratoires, les OSC, les ambassades, etc.

Les acteurs notent des impératifs divers à prendre en compte lors de la couverture médiatique des évènements liés à la migration au Burkina avec l’impératif de veiller à la protection de la vie privée des sujets.

Et lorsque les migrants sont dans une situation de vulnérabilité avérée telle que victime de trafic, de traite ou lorsque le migrant retourne dans son pays d’origine avec un sentiment d’échec, les impératifs deviennent encore plus importants.

L’OIM prévoit un plan d’intervention à travers le projet « Protection des migrants vulnérables en Afrique de l’Ouest et du Centre » financé par le Bureau américain des populations, réfugiés et migrants (PRM) avec un accent particulier sur le Ghana, le Sénégal, la Gambie et le Burkina Faso.

C’est dans ce cadre que se tient les 28 et 29 mars 2017 un atelier de formation sur les bonnes pratiques médiatiques en matière de migration. L’atelier regroupe notamment des journalistes, des représentants du CSC, des ministères de la solidarité nationale et des affaires étrangères.

« Les migrants en situation de vulnérabilité sont de divers ordres. Quelle place accordée à la communication dans la gestion des migrations ? », s’interroge le Chef du Bureau pays de l’OIM Burkina, Abdel Rahmane Diop.

A en croire le Chef de mission adjoint de l’ambassade des Etats-Unis au Burkina, David K. Young, la question de la migration influence plusieurs axes d’intervention des Etats-Unis au Burkina Faso. Pour le ministre de la communication, Remi Dandjinou, cet atelier vient à point nommé car il existe moins d’articles de presse sur les flux migratoires au « Pays des Hommes intègres ».

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre