Réseau libéral : Vers une coalition entre l’UPC et l’ADF/RDA ?

771 0

L’ADF/RDA et l’UPC ont conjointement tenu un point de presse, ce mercredi 29 mars 2017 à Ouagadougou. Cette rencontre visait à faire le compte rendu de l’assemblée générale du Réseau libéral africain tenue du 22 au 25 mars 2017 au Kenya.

« Les libéraux en coopération : coalition, négociation et collaboration démographique », c’est sous ce thème que s’est tenue la 13e Assemblée générale du réseau libéral africain  à Nairobi au Kenya. Cela a été une occasion pour les libéraux de trouver la meilleure stratégie pour défendre leurs idéaux et de garantir leur succès politique.

L’ADF/RDA et l’UPC ont conjointement tenu un point de presse

C’est dans ce cadre que l’ADF/RDA et l’UPC ont organisé conjointement une conférence presse au siège du parti du Lion ce mercredi 29 mars 2017, pour faire le point de leur participation. La question de la formation des coalitions avant les élections, la gestion des pays en situation de coalition et les meilleures formes de coopération entre libéraux sur le plan international étaient à l’ordre du jour de cette Assemblée.

Lors du renouvellement du comité exécutif qui doit diriger le réseau dans les deux ans à venir, le président Zéphirin Diabré de l’UPC a été élu vice président chargé de l’Afrique de l’Ouest. Il précise qu’il mesure l’importance de la tâche qui l’attend, mais il comptera sur les partis libéraux frères du Burkina comme l’ADF/RDA.

Une coalition entre l’ADF/RDA et l’UPC pour les élections à venir ?

Gilbert Noël Ouédraogo affirme que « notre vision va au delà de ces questions électorales ». Il ajoute que « nous épousons les valeurs libérales, nous devons travailler à mettre un groupe de libéraux en place ». Pour lui, ce sont des choses qui ne se  décrètent pas et c’est cela le libéralisme aussi.

« Au fur et mesure du travail que nous aurons à faire ensemble et si l’idée est partagée de tous. C’est tout un processus. Et si ce processus aboutissait à ce que nous nous retrouvions tous avec une seule famille libérale au Burkina Faso, je ne pense pas que quelqu’un verra un inconvénient à cela »,  a-t-il fait savoir.

Il déclare que « nous sommes plus proches entre libéraux et nous travaillerons à faire en sorte que cette proximité soit une réalité ». Sur le plan de l’économie, Zéphirin Diabré affirme que si c’était un libéral qui était au pouvoir, il y aurait «une économie libérale en lieu et place de l’économie mafieuse qu’on a aujourd’hui».

 « Si tu concoures  pour un marché, ce n’est pas la qualité de ton dossier qui te donne le marché, c’est ta connexion avec celui qui a le pouvoir. C’est ça la différence »,  a-t-il expliqué.

Pour rappel, le Réseau libéral africain est un réseau de partis libéraux africains, fondé en juillet 2002 à Mombassa (Kenya). Répandre les valeurs libérales sur le continent africain, faciliter le développement et la croissance des partis libéraux, encourager la solidarité entre les membres dans le but de les aider à arriver au pouvoir par des moyens démocratiques, tels sont entre autres les objectifs recherchés par les libéraux africains.

Le Réseau compte de nos jours 53 membres provenant de 30 pays. Ce qui fait de lui le plus grand réseau politique de l’Afrique. Au Burkina Faso, les partis de l’ADF/RDA et l’UPC sont membres du réseau, mais le parti Le Faso Autrement a exprimé son souhait de rejoindre le groupe.

Il faut noter qu’il y a des partis libéraux membres réseau qui sont au pouvoir. Notamment le RDR du président Alassane Ouattara en Côte d’ivoire et l’APR parti du président Macky Sall au Sénégal.

Jules César KABORE
Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *