FAMA 2017 : Un laurier pour Burkina24

1277 0

La cérémonie de distinction des professionnels organisée par le Faso music awards (Fama) a eu lieu le vendredi 31 mars 2017 au CENASA à Ouagadougou. Il a été question de récompenser le professionnalisme et la maturité des hommes de la culture burkinabè à cette 4 e édition. Le média en ligne Burkina24, à travers Reveline Somé, a reçu un laurier.


Lire ▶  Les articles de Reveline Somé


Il est de coutume pour le Faso music awards (Fama) de distinguer chaque année les musiciens professionnels  ainsi que les journalistes qui se sont distingués. Cette 4 e édition est marquée par le professionnalisme et la maturité des hommes de la culture en témoignent leurs œuvres.

Le ministre de la culture a assisté à la cérémonie de distinction

16 prix au total dont 3 spéciaux ont été remis aux lauréats à cette édition. Le choix des lauréats s’est fait sur la performance des hommes de la culture et de leurs actions réalisées au cours de l’année 2016.

Le « collectif le Faso d’abord » a reçu un prix dans la categorie « la chanson pour le civisme et la citoyenneté ».  Dicko fils, lui a reçu le prix Léontine Gorgo dans la catégorie  « valorisation des langues culturelles ». Imilo le Chanceux a reçu le prix du « meilleur tube de l’année ».

Des journalistes ont été également distingués à cette 4 e édition. Il s’agit de Reveline Somé, de Burkina 24, élue meilleure journaliste culturelle de l’année de la Presse écrite.

Reveline Somé partageant la joie de son prix avec Noufou Kindo en charge du desk technologies à Burkina24 et Maxime Kaboré, directeur de la Radio B24

Zoopito de la Télévision BF1 a été élu meilleur journaliste culturel de l’année de la télévision. Denise Coulibaly de la Radio Savane FM qui a été  élue meilleure journaliste culturelle de l’année dans la catégorie radio.


Lire ▶  Les articles de Reveline Somé


Le ministre de la culture, Tahirou Barry, président de la 4e édition du FAMA a encouragé les initiateurs. Il a encouragé également les lauréats  à poursuivre leurs efforts dans la recherche de la qualité, du professionnalisme, toute chose qui peut  « aider à grandir la musique et la rendre la musique burkinabè compétitive ».

Le promoteur du FAMA Youssef Ouédraogo, se réjouit de cette 4 e édition et espère donner plus de maturité à la prochaine édition.

Irmine KINDA

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *