Grossesses indésirées : Quand Laure Zongo sort de ses gonds

875 0

« Si on ne peut pas faire avancer les choses, qu’on s’abstienne de parler. Je me suis senti très choquée, sidérée par l’intervention de l’Honorable député, Somé Norbert, élu du peuple ». C’est en ces termes que Laure Zongo, ministre de la femme et de la solidarité nationale a rétorqué à un député lors des débats sur une question adressée à elle lors d’une session à l’Assemblée nationale.

Ce qui a provoqué l’ire de Laure Zongo, ministre en charge des questions de la femme et de la solidarité nationale, c’est cette réflexion du député Somé Norbert qui, face au taux de grossesses indésirées et précoces en milieu scolaire, estime qu’on devrait exclure des filles en grossesse pour éviter qu’elles soient un mauvais exemple pour les autres.

Selon les chiffres annoncés par le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation (MENA) Jean Martin Coulibaly, pour l’année scolaire 2015-2016, les services techniques dudit ministère ont enregistré respectivement, dans les établissements de la région du Sahel et du Centre-ouest, 94 cas dont 76 au post-primaire, 18 au secondaire et 382 cas dont 78% au post-primaire et 40% en classe de 3ème.

Face à la réaction du député Somé, Laure Zongo, défenseure de la femme,  est montée sur ses grands chevaux le mardi 11 avril 2017 pour manifester sa contrariété. « Je suis tellement choquée que je ne sais pas comment m’exprimer devant une telle réaction », proteste-t-elle. Ensuite, elle se demande si « l’Honorable député » pourrait se présenter « face au peuple » qui l’a élu pour « tenir une telle réflexion ».

Selon le ministre Laure Zongo, le Burkina Faso a souscrit à des engagements internationaux l’obligeant à travailler dans l’inclusion « en ne laissant personne de côté ». Aussi, poursuit-elle, ce n’est pas en ce moment, que des filles déjà vulnérables doivent être l’objet d’exclusion.

Mais dans un élan d’auto-réconfort, Laure Zongo dit oser croire que l’intervention du député Somé « était peut-être une plaisanterie, un poison d’avril ». Sinon, martèle-t-elle, « vraiment, je suis totalement dépassée ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *