Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo apporte son soutien à la nouvelle coalition de l’opposition

114 0

La nouvelle coalition de l’opposition politique ivoirienne baptisée Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), lancée le jeudi 20 avril dernier, bénéficie, selon Philippe Henri Dacoury-Tabley, de la caution morale de l’ex-président Laurent Gbagbo.

L’ex-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Philippe Henri Dacoury-Tabley qui a, par ailleurs, lu le message de soutien de Laurent Gbagbo, lors de la cérémonie de lancement de la nouvelle coalition de l’opposition politique ivoirienne, Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), est formel.  L’ancien président ivoirien se réjouit de ‘’l’heureuse initiative de regrouper au sein d’une plate-forme politique active toutes celles et tous ceux de nos compatriotes qui partagent notre vision et notre idéal politique’’, a-t-il indiqué avant d’en appeler à “la compréhension et au bon sens de tous ceux qui s’identifient à nous et qui croient à l’idéal de notre combat politique afin qu’ils rejoignent ce mouvement de rassemblement’’. 

“Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté” présidé par le Pr. Armand Ouégnin, est composé de partis politiques, de mouvements de la société civile et de tous les ex-membres de La Majorité présidentielle (LMP) qui ont porté la candidature de Laurent Gbagbo à la présidentielle 2010 et visant “la reconquête du pouvoir d’Etat en 2020’’.

‘’Désormais sur l’échiquier politique, il faudra compter sur EDS comme alternative crédible. Le temps est venu de mettre définitivement fin à la belligérance. Agissons maintenant à emmener les tenants actuels du pouvoir à s’inscrire dans la vraie réconciliation’’, a plaidé Pr Armand Ouégnin.

La nouvelle plateforme de l’opposition « n’engage pas le FPI », tranche Pascal Affi N’Guessan

Pascal Affi N’Guessan, président d’une des fractions du Front populaire ivoirien (FPI) scindé en deux, et tenu de l’autre bout par Aboudramane Sangaré, a réagi à la création de cette coalition.

« Cette plateforme n’engage nullement le FPI, qui est un parti organisé, avec des organes et un Président. Je déplore que ces acteurs aient préféré œuvrer à une nouvelle plateforme plutôt qu’à l’unité du FPI, surtout lorsque nous connaissons le sort des plateformes précédentes », poursuit Pascal Affi N’Guessan. Et d’ajouter : « La création de ce parti va clarifier les choses, en faisant cela ils choisissent de quitter le FPI».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre