Burkina : Le procès de Blaise Compaoré renvoyé au 4 mai

803 0

Le procès sur les victimes de l’insurrection populaire d’octobre 2014, qui s’est ouvert ce 27 avril 2017 à Ouagadougou au Burkina, a été renvoyé au 4 mai 2017. A la barre, l’ancien président Blaise Compaoré et plusieurs membres de son dernier gouvernement, dont son Premier ministre Luc Adolphe Tiao. L’ancien Chef d’Etat burkinabè, qui a dirigé pendant 27 ans le pays, est poursuivi en tant que ministre de la Défense au moment des faits. 


Lire aussi 👉👉👉  Procès de Blaise Compaoré : Me Sur « rejeté », dossier renvoyé au 8 mai


 C’est dans une des salles du Palais de justice situé en plein cœur de Ouagadougou que la Haute cour de justice a fait  comparaître les accusés. Il s’agit de l’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao et plusieurs de ses anciens collègues du dernier gouvernement dont il a été le chef en  2014.

Le grand absent est l’ancien président du Faso Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire depuis le 31 octobre 2014. Il est jugé par contumace. Ils sont poursuivis dans le cadre de la mort de Burkinabè tués lors de la répression de l’insurrection populaire. Ce procès est jugé historique car c’est la première fois de l’histoire que la Haute cour de justice juge des ministres de la République. 

Après l’ouverture du procès, la Cour a proposé un renvoi pour le 3 mai 2017. Les avocats ont proposé le 11 mai. La date du 4 mai a été finalement retenue. 


Suivez aussi le procès sur notre page Facebook


9h40.

A l’entame du procès, la Cour a proposé un renvoi pour le 3 mai. Les avocats des accusés ont demandé un renvoi au jeudi 11 mai. Le ministère public a campé sur la date du 3 mai. “Il faut que la cour reste ferme“, a déclaré le procureur Armand Ouédraogo.

Après concertation, la Cour a décidé de renvoyer le dossier au 4 mai 2017 à 9h dans la même salle. 


9h10.

Avant le début du procès, la presse a pu arracher un mot à l’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao. En réaction aux accusations portées contre lui, il a avancé ceci : “Je suis serein“.

A noter que Luc Adolphe Tiao est soupçonné d’avoir pris une réquisition autorisant l’armée nationale à utiliser les armes pour réprimer les manifestants qui protestaient contre la tenue de la séance parlementaire qui devait autoriser le recours au référendum pour modifier l’article 37 de la Constitution, article limitant le nombre de mandats présidentiels. 


8h50.

A

B

Les généraux Djibrill Bassolé et Gilbert Diendéré sont arrivés peu avant 8h30 dans la salle d’audience du Tribunal de grande instance de Ouagadougou. Il y a eu de grandes embrassades entre les généraux et les membres du  dernier gouvernement de Blaise Compaoré présents déjà dans la salle. 


8h00. 

Déjà dans la salle d’audience, on note la présence de l’ancien premier ministre Luc Adolphe Tiao et de plusieurs anciens ministres.

Selon le communiqué d’annonce du procès, la séance débutera à 9h. A noter qu’ils sont poursuivis pour « complicité d’homicide volontaire » et « coups et blessures volontaires », en raison de leur participation au Conseil des ministres du 21 octobre 2014 au cours duquel il a été décidé de prendre une réquisition complémentaire spéciale faisant appel à l’armée pour maintenir l’ordre avec usage d’armes à feu.


Ignace Ismaël NABOLE et Oui KOETA

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *