Procès du gouvernement Tiao : « Peut-on être juge et partie et donner un verdict acceptable ? »

711 0

Le Bloc national des étudiants contre l’injustice et l’impunité (BNECI) a tenu un point de presse ce mardi 2 mai 2017 à Ouagadougou. L’affaire Inoussa Kanazoé et le procès du gouvernement de Tiao étaient à l’ordre du jour de cette rencontre.

Le Bloc national des étudiants contre l’injustice et l’impunité (BNECI) a donné sa lecture sur le déroulement de l’affaire Inoussa Kanazoé et le procès du gouvernement de Tiao, ce mardi 2 mai.

Selon Fulbert Bama, porte parole du BNECI, le scandale dans l’entreprise CIMFASO n’honore pas le Burkina Faso. Il plaide pour une liberté provisoire de l’homme d’affaire tout en poursuivant les procédures judiciaires.

« Inoussa Kanazoé, PDG de CIMFASO,  est un pourvoyeur de plus de 10 000 emplois, mettre ses entreprises sous scellés reviendra à accroître le taux de chômage qui est déjà très élevé. Pire, l’Etat aura un manque à gagner car il n’y aura pas de déclaration d’impôts », a-t-il fait comprendre.

Le BNECI précise que le sieur Inoussa Kanazoé, devra payer au plus tôt la totalité de la somme requise à l’Etat, tout en n’occultant pas la procédure judiciaire en cours. « Nous souhaitons que les activités de ladite entreprise se poursuivent afin de sauver ces milliers de Burkinabè qui y travaillent » a-t-il affirmé.

Le bloc s’est également prononcé sur le procès des ex-membres du gouvernement de Blaise Compaoré. Fulbert Bama a affirmé qu’il attend le dénouement du procès qui devrait situer les responsabilités et le rôle de chaque acteur dans la prise de réquisition et sa mise en œuvre lors des 30 et 31 octobre 2014. Mais, le BNECI attire l’attention sur la composition de la Haute cour de justice.

Selon eux, il y a des bourreaux qui y figurent quand on connait leurs rôles dans le projet de révision de l’article 37. « Peut-on être juge et partie et donner un verdict acceptable ? », se sont demandés les étudiants. Ils estiment que la justice doit creuser pour débusquer tous les commanditaires et les exécutants de la réquisition.

Jules César KABORE

Burkina 24

 



Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Messieurs du BNECI, de grâce occupez vous de vos études et laissez la justice faire son travail à moins que vous avez un autre agenda. S’il y en a qui sont en fac de droit vous devez savoir que “Dura lexa” alors messieurs laissez la justice travailler. Quel monde!!!

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *