Police nationale : Tarpaga appelle « à resserrer les coudes autour du nouveau directeur général »

909 0

Le ministre de la sécurité Simon Compaoré attend du nouveau directeur général de la police nationale, Jean Bosco Kiénou, la mise en place d’une « bonne gouvernance » pour que disparaisse la grogne autour des services payés qui ont conduit à la démission de son prédécesseur, Lazare Tarpaga. Ce dernier a appelé tous les policiers « à resserrer les coudes autour du nouveau directeur général ».   

Lazare Taparga, qui a officiellement cédé les rennes de la direction générale de la police nationale ce jeudi 04 mai 2017 à Jean Bosco Kiénou,  a dit retenir « une très bonne collaboration » avec les hommes qui répondaient de lui jusqu’avant le 26 avril, date de sa démission. Cette collaboration, résume-t-il, a permis de relever de grands défis pendant le temps de la Transition parce qu’il était question d’apporter un concours sécuritaire nécessaire pour la réussite des élections.

En plus, poursuit-il, la structuration du 15 janvier 2016 a poussé les hommes à redoubler d’efforts pour essayer d’apporter un réconfort aux populations à travers une « présence constante » aussi bien dans la capitale que sur le reste du territoire,  notamment au Sahel aux côtés des militaires déployés sur le terrain. Un aspect sur lequel entend travailler davantage Jean Bosco Kienou.

Le  nouveau directeur général de la police nationale place en effet son commandement « sous le signe de l’union de la police nationale avec les autres forces de défense et de sécurité, avec la population, parce que sans cette union, sans cette collaboration aucune action de lutte contre l’insécurité ne peut connaitre un aboutissement, la satisfaction de tout le monde ».

L’ancien directeur général a terminé par une invite. Il commande à « tous les policiers à resserrer les coudes autour du nouveau directeur général parce que les défis qui se présentent actuellement sont encore beaucoup plus grands » que ceux qu’ils ont « relevés hier » ensemble. Lazare Tarpaga a partagé sa conviction qu’ « il n’y a pas de raisons qu’avec lui, ils ne soient pas en mesure de resserrer les coudes pour pouvoir réussir ».

« Il faut qu’il y ait une bonne gouvernance »

Un optimisme que partage également le ministre de la sécurité.  Simon Compaoré se réjouit d’avance de n’avoir pas beaucoup de choses à dire au nouveau venu sauf qu’il est attendu de lui « une obligation de résultats ». Le contrôleur général était jusqu’à sa nomination en poste au cabinet du ministre de la sécurité. « Fort de cela » et « vu son expérience », a résumé Simon Compaoré, le nouveau directeur devrait selon lui réussir la nouvelle mission à lui confiée. A celui qui remplace Lazare Tarpaga dont le départ intervient après la grogne autour de l’opacité qui régnait dans la gestion du service payé, le ministre de la sécurité s’est empressé de lui dire  qu’« il faut qu’il y ait une bonne gouvernance ».

Simon Compaoré relève également qu’il y a eu un certain nombre de réussites sous son prédécesseur. Des réussites dont il attend la consolidation. Mais, alerte Simon Compaoré, « là, où il faut donner des coups de barre de rectification, il faut le faire ». Et pour cause, « chacun vient avec sa brique pour que l’édifice soit achevé ».

Oui Koueta

Burkina24


Photo : Jean Bosco Kienou a pris le commandement de la Police nationale – © Ministère de la sécurité



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *